Cinéma #1 et micro-critiques.

LAGGIES, de Lynn Shelton (2014)


Ne vous laissez pas berner par le titre, Girls Only (oui...), et l'affiche français, ce film n'a strictement rien à voir avec ces atroces aperçus. Megan (Keira Knightley) est sur le point d'avoir 30 ans et est loin d'avoir une vie semblable à ses amies du même âge. Bien qu'en couple depuis longtemps, elle n'a pas prévu de se marier, ni d'avoir des enfants, et elle n'a clairement pas de métier en vue : elle est plutôt adepte de la politique de l'autruche. Et puis un jour, un peu par accident, elle rencontre une adolescente de 17 ans (Chloë Grace Moretz) avec laquelle elle se lie d'amitié.
J'ai globalement aimé ce film même si la fin m'a un peu déçue. Je ne l'ai pas trouvée à la hauteur du questionnement apporté ici. Est-ce parce que je me suis carrément identifiée à Megan et que j'attendais une réponse qui m'éclaire sur ma propre vie ? Ce n'est pas impossible. Enfin n'exagérons rien, les remises en question sont ici assez légères mais ce film est une bonne comédie malgré tout, il fait du bien.


BELLE, d'Amma Asante (2013)


Ce très joli film est un biopic sur Dido Elizabeth Belle Lindsay (jouée ici par Gugu Mbatha Raw) née vers 1761 et décédée en 1804, fille métisse de l'amiral de la Marine royale britannique John Lindsay et d'une esclave dont on sait simplement qu'elle s'appelait Maria Belle. A la mort de sa mère, la petite fille est récupérée et reconnue par son père qui la confie toutefois à son oncle, Lors Mansfield (Tom Wilkinson), alors Président de la Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galle. Ce dernier a jugé l'affaire qui a amorcé l'abolition de l'esclavage au Royaume-Uni et concernait directement un esclave, James Somersett (la fameuse affaire Somersett, nommée autrement dans le film). Même si le film est centré sur Belle, qui n'est pas vraiment maltraitée par son grand-oncle mais qui n'est pas non plus considérée comme la jeune fille de la haute société dont elle fait pourtant partie à cause de sa couleur de peau, on en apprend beaucoup sur le contexte de l'époque : les mentalités tentent d'évoluer doucement tout autant que la loi, c'est vraiment un tournant dans l'Histoire du Royaume-Uni.


STARS WARS : THE FORCE AWAKENS, de J.J. Abrams (2015)


Je suis enfin allée voir ce film après avoir dû me farcir la première trilogie, enfin la deuxième, enfin les plus vieux épisodes, on se comprend. Je ne les avais jamais vus de ma vie mais j'étais quand même un peu curieuse et heureuse de les regarder enfin. J'ai été relativement déçue ! D'une part parce que la science-fiction ne m'intéresse pas vraiment, encore moins le space opera, d'autre part parce qu'il aurait sans doute fallu que je les vois enfant, et relativement parce que, très franchement, je m'y attendais. Je constate que m'infliger des films ultra cultes simplement pour combler une sorte de manque culturel peut être assez idiot et surtout complètement inutile, j'ai baillé comme jamais. Mais bon, je dois dire que contre toute attente, l'épisode VII m'a plutôt plu : enfin des héros féminin et noir badass !

4 commentaires:

  1. C'est une bonne idée de faire ça comme ça, par bilans culturels mensuels ; en ce moment j'arrive à grappiller du temps pour lire alors j'ai plein d'articles bouquins en attente parce que je n'ose pas publier que ça... d'autant plus que ton premier bilan est bien fourni et donne des idées de choses à regarder ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je continuerai malgré tout à faire des billets centrés mais c'est vrai que j'ai parfois moins à dire sur telle ou telle chose, du coup globaliser comme ça peut être bien, aussi pour mes lecteurs qui ont la flemme :)

      Supprimer
  2. Putain tu peux pas clacher ton mec sur Foo Fighters si t'es pas irréprochable de ton coté ! T'avais pas vu Star Wars... Tsssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être mais je suis incollable sur Retour vers le futur !

      Supprimer