Cinéma #2 et bouillon de culture.

J'aurais bien voulu vous parler de grand cinéma mais je crois que ça ne sera pas pour aujourd'hui. Il sera assez difficile d'écrire plus de quelques lignes sur chacune de ces "œuvres", c'est pour ça que je regroupe tout dans un seul article. Ces films ne sont pas non plus nuls parce que je suis bon public mais ne vous attendez pas à quelque chose d'un grand intérêt, en fait c'est juste pour vous tenir au courant.


HORRIBLE BOSSES 2, de Sean Anders (2014)


Avouons-le, le casting est sympa : Jason Bateman, Charlie Day, Jason Sudeikis, Jennifer Aniston, Jamie Foxx, Chris Pine, Christoph Waltz et Kevin Spacey. On a vu pire. C'est en partie le même que pour le premier film, réalisé par Seth Gordon, mais sans Colin Farrell (ceux qui savent savent). Il relatait alors les déboires que trois amis avaient avec leurs patrons : Kevin Spacey en ordure psychopathe, Colin Farrell en gros beauf et Jennifer Aniston en nymphomane adepte du harcèlement sexuel (évidemment, quoi d'autre...). Désespérés, Nick, Dale et Kurt cherchaient une idée pour se débarrasser d'eux et avaient trouvé la solution : les tuer. Je ne vais pas vous dire s'ils y arrivent ou non, bien sûr. Dans le second film, les trois amis décident de monter leur propre entreprise mais font affaire avec un financier véreux qui les entube. Je mentirais si je vous disais que je n'ai pas ri à certains moments mais bon, ni le premier ni le second film n'ont révolutionné la comédie. L'histoire est totalement absurde mais dans le bon sens du terme et j'apprécie beaucoup le personnage de Nick (Jason Bateman) qui n'est qu'un pauvre garçon cynique et désabusé. Le personnage de Dale (Charlie Day) me saoule au plus haut point mais ce n'est rien comparé aux petits happenings sexistes - et pas que - qui surgissent de temps en temps. Du coup, ça gâche.


THE PATRIOT, de Roland Emmerich (2000)


J'adorais ce film quand j'étais ado. En fait, j'aimerais surtout les grandes fresques historico-épiques, Mel Gibson, Jason Isaacs, les blockbusters, le foutoir complet en somme. J'ai revu The Patriot il y a quelques jours avec une bande de copains dans des conditions plus que favorables : blu-ray, vidéo-projecteur, pop corn, parce que c'est comme ça qu'on fait. L'histoire se situe pendant la guerre d'indépendance des États-Unis entre 1775 et 1783. Benjamin Martin (Mel Gibson) est un ancien combattant qui élève seul ses 8 enfants et qui se voit forcé de participer à la guerre alors qu'il n'en a pas envie. Son fils aîné (Heath Ledger) veut aussi prendre les armes, son deuxième veut suivre son grand frère et en plus, il y a un colonel anglais (Jason Isaacs) qui vient mettre la zone dans la famille. Du coup, Benjamin Martin n'a plus trop le choix, il doit se battre. J'avais oublié que le film durait presque trois heures et à quel point sa dose de patriotisme est élevée. Cela dit, ce n'est pas étonnant vu tous les éléments et c'était très étrange de le revoir avec mes yeux d'adulte. Enfin j'aime toujours autant Jason Isaacs, c'est incroyable de jouer une pourriture de cet acabit, à côté Lucius Malefoy est le Père-Noël.


LAST PASSENGER, d'Omid Nooshin (2014)


Et bien voilà un des pires films que j'ai vu de toute ma vie. Un soir, j'étais désœuvrée, il était tard, je voulais regarder un film et plusieurs chaînes proposaient le leur mais j'avais raté le début de chacun, chose que je déteste profondément. Je suis arrivée juste avant que Last Passenger ne début et je me suis laissée tenter parce qu'une histoire de train fou à Londres, ça change d'un train/avion/bus/bateau fou aux États-Unis. Autant vous dire que j'ai perdu 1h30 de ma vie, 1h30 que je ne récupérerai jamais et c'est bien triste. C'est donc une histoire de train fou et, mes pauvres, c'est tout ce que j'ai à en dire. Il y a des gens dans un train qui est visiblement pris en otage mais on ne saura jamais pourquoi, comment et par qui. Je spoile mais croyez-moi, c'est pour votre bien. Dois-je m'étendre sur le doublage français qui est sûrement l'un des pires que j'ai pu entendre ? Non, bien sûr. Bref, ce film est une merde.


THE VISIT, de M. Night Shyamalan (2015)


Une vieille légende raconte que M. Night Shyamalan n'est plus que l'ombre de lui-même depuis quelques années déjà. Quand je regarde sa filmographie, je m'aperçois que selon moi, son dernier bon film était The Village en 2004. Je ne peux pas dire que The Visit était mauvais mais c'était quand même hyper téléphoné et pas spécialement original au niveau de la réalisation. Ce qui mérite peut-être le coup d'œil, c'est le fait que les héros soient des enfants. Des enfants qui passent une semaine chez leurs grands-parents maternels qu'ils n'ont jamais connus jusqu'alors puisque leur mère était fâchée avec eux. L'aînée a dans l'idée de réaliser un documentaire sur leur séjour et donc c'est filmé caméra au poing (mais ce n'est pas trop chiant, ça va). Evidemment, vous pensez bien qu'il va se passer des trucs étranges... Bref, ce n'est pas fou mais ça se regarde.

1 commentaire:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi pour The Last Passenger, c'est vraiment une bouse! Dommage car j'avais un petit crush pour Iddo Goldberg avant mais là ça a complètement cassé le truc. En ce qui concerne The Visit, j'ai adoré:)

    RépondreSupprimer