The concert tag.

Je n'ai rien posté depuis 15 jours et depuis mes statistiques s'affolent avec un pic un jour sur deux environ. Si j'en crois les sources, il y a d'obscurs sites russes qui viennent me rendre visite et quand je parle d'obscurité, la bienséance m'empêche d'être plus précise. Ça m'était déjà arrivé avant que je ne remette ce blog à zéro et ça se produit quand je reste une longue période (comme là) sans poster. Je dois donc être plus régulière si je veux que mes statistiques redeviennent normales mais hey, parfois je manque d'entrain.

Comme c'est désormais le printemps, même si je ne m'en rends pas vraiment compte avec mes chaussettes en laine de Nouvelle-Zélande que ma belle-mère du Canada m'a envoyées, je suis en train d'effectuer quelques modifications physiques sur ce blog. Je suis tout à fait fan de ma nouvelle bannière, cette photo des Runaways que je place à peu près partout ces jours-ci.

Bref, je consacre cet article à un tag que j'ai trouvé chez Molaire & Tentacules - et qui le tient d'Alexcetera, qui le tient elle-même d'Infinity on Hannah sur YouTube. Je ne connais absolument pas ces deux dernières. La première non plus, d'ailleurs. Enfin pas personnellement, c'est ce que je veux dire. Il va donc être question de concerts.


Le premier concert auquel tu as assisté :

Je pourrais vous mentir et vous dire qu'il s'agit d'Indochine que je suis allée voir à l'âge de 16 ans mais il s'agit en réalité de mon troisième. Mon tout premier concert, j'avais environ 4 ans et c'était Henri Dès. Je m'en souviens très bien parce que tout ce qu'il y avait autour de moi me paraissait immense et que j'ai eu une de mes premières angoisses. Le fait est que ledit chanteur moustachu a eu l'idée saugrenue de faire chanter un enfant du public. J'ai eu terriblement peur que son choix s'arrête sur moi et à raison puisque je l'ai vu s'approcher dangereusement. Et puis finalement, il a choisi mon voisin - ou peut-être était-ce une voisine. Bonjour les feels.
Le second c'était les Worlds Apart quand j'avais 11 ans. Non parce que j'en vois là-bas au fond qui se posaient la question.

Ton concert le plus récent :

C'était Rover au Stereolux à Nantes. Je vous en parlais ici.

Le plus loin que tu sois allée pour un concert :

Ça ne va pas vous sembler très exotique mais je ne suis allée que jusqu'à Paris. Et en fait, je trouve que c'est déjà pas mal. Je n'ai jamais ressenti le besoin d'aller par monts et par vaux pour voir un concert étant donné que ma région n'est pas si mal desservie et que Paris est facile d'accès. Cependant, ça fait longtemps que je n'y suis pas retournée pour un concert, j'en ai bien profité pendant toute une période.

Ton concert le plus fou :

Je crois qu'il s'agit de celui d'Aerosmith à Paris Bercy en 2007. Ce concert, j'en rêvais. J'étais accompagnée de trois personnes, deux amis ayant leur place dans les gradins et mon mec et moi dans la fosse. On n'était pas en avance car on s'est tapé les bouchons sur le périph et la 306 n'a pas apprécié, elle a failli y claquer. Une fois arrivés, on a plus subi la première partie qu'autre chose (je ne me rappelle même plus qui c'était d'ailleurs) parce qu'on était tout au fond de la salle et on ne voyait strictement rien de la scène. Quand ce fut le tour d'Aerosmith, j'étais extrêmement frustrée de ne pas du tout les apercevoir. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut voir un groupe comme celui-là. Alors j'ai craqué, j'ai chopé la main de mon mec et j'ai foncé dans le tas. Littéralement. J'ai poussé tout le monde de toutes mes forces comme la dernière des connasses et c'est comme ça qu'on s'est retrouvé au premier rang. C'était terrible parce que ça ne faisait que bringuebaler dans tous les sens, impossible de rester stable ! Mes voisins étaient tous masculins et la plupart torses nus, ça suait de tous les côtés et j'ai passé le concert à essayer de tenir sur mes deux jambes. Mais quel pied ! J'étais à quelques centimètres de Steven Tyler alors j'en garde un excellent souvenir !

As-tu déjà rencontré un groupe avant ou après un concert :

Oui, plusieurs fois même. J'ai eu l'honneur d'arriver au concert de Kyo par les coulisses quand j'avais 16 ans mais je n'ai pas osé parler aux membres du groupe. Alors ça ne compte pas. En revanche, sur les trois concerts de KT Tunstall où je me suis rendue, j'ai pu la rencontrer deux fois. Avec la petite fanbase française, on l'attendait à la fin et elle a toujours pris le temps de discuter avec nous, de nous signer moult autographes et de se laisser prendre en photo. Résultat, j'ai deux albums dédicacés, deux photos avec elle et moi et on a même eu une conversation sur ses chaussures. Le plus beau jour de ma vie, tu penses.

As-tu déjà / aimerais-tu acheter un ticket VIP :

Non, ça ne m'est jamais arrivé et je ne suis pas sûre de le faire. J'apprécie la rencontre plus ou moins fortuite avec un artiste. J'aime l'attendre à la fin du concert, comme avec KT Tunstall, je ne me vois pas payer pour ça, je trouve que ça manque cruellement de saveur. Bon après si c'est pas cher et qu'il s'agit de Bon Jovi...


Comment t'habilles-tu pour aller à un concert :

J'aime évidemment porter des chaussures confortables mais j'essaie parfois de porter des talons parce que j'ai toujours la fâcheuse manie de me retrouver derrière le mec le plus grand de la salle, et pourtant je mesure 1m70. Sinon, j'opte pour mon sac à main le plus petit, et donc le plus léger, et j'essaie de ne pas trop me couvrir. C'est la plaie d'aller voir un concert en hiver parce que je dois penser à l'attente dehors mais aussi à la chaleur qu'il fera à l'intérieur de la salle. Insupportable (first world problem).

Le prochain concert auquel tu comptes aller :

Fut une époque où je prenais le temps de voir les événements qui se déroulaient les mois à venir et je prenais mes places en fonction. Maintenant je regarde beaucoup moins sur le long terme. En tout cas aujourd'hui, je n'ai rien prévu. Il faut dire que j'ai vu quand même pas mal de concerts, j'ai réussi à voir presque tous mes artistes préférés (sauf les morts quoi, évidemment) donc je ressens moins d'urgence désormais. Advienne que pourra !

As-tu déjà / voudrais-tu faire un stage diving :

Jamais de la vie. Je n'ai pas suffisamment confiance en les autres pour m'infliger ça et il faut savoir que je suis la Mercredi Addams qui n'applaudit jamais aux concerts donc question expressivité, on repassera.

Environ combien de concerts vas-tu voir chaque année :

Je ne sais pas s'il est possible de calculer ça. J'ai pu faire des années à une dizaine comme seulement deux ou trois. Même si j'adore ça je n'y passe pas ma vie, ça c'est clair.

Combien de t-shirts de groupes as-tu :

Euh... Aerosmith, The Doors, John Lennon, David Bowie... je crois que c'est tout, ça fait donc 4. Aucun ne me va plus d'ailleurs parce que j'ai trop grossi, hihihihihihi.

A quels festivals as-tu déjà assisté et auxquels aimerais-tu aller :

Il faut savoir une chose, j'ai horreur des festivals. Sauf deux : le HellFest et Poupet. Le premier parce qu'il y a une ambiance très particulière et les aficionados verront très bien de quoi je parle, et le second parce que c'est un très joli théâtre de verdure. Les concerts sont étalés sur deux bonnes semaines en juillet, on n'a donc pas à planter sa tente au milieu d'un champ et pisser derrière un buisson pour se soulager. Je suis une bourgeoise, je n'y peux rien, la crasse des autres et les beuveries ne m'intéressent pas. L'avantage du HellFest et de Poupet, c'est qu'ils sont tous les deux près de chez moi. Je n'aime pas les vacances en camping non plus d'ailleurs, on pourra en reparler si vous voulez.

As-tu déjà été au premier rang :

Bien sûr, plein de fois. C'est ma raison de vivre ! Je suis donc la Mercredi Addams du premier rang qui n'applaudit jamais. Quelle briseuse d'ambiance celle-là alors...

Quels groupes ou artistes n'as-tu jamais vu en concert et aimerais-tu voir :

David Bowie, les Beatles, Queen, Janis Joplin, etc. Leur point commun, vous l'avez ?


Quel est ton concert préféré et pourquoi :

Pfff... difficile de choisir parce qu'il y en a plusieurs, évidemment. Aerosmith pour la raison citée au point numéro 4, KT Tunstall à l'Olympia en 2006 parce que c'était la première fois que je la voyais et j'ai bien failli chialer, Girls in Hawaii en 2014 ou encore Anna Calvi, Rover, et même Bon Jovi une des rares fois où ils sont passés à Paris... Parce que chaque concert que j'ai vu m'a procuré des sensations pures, voyez. J'aurais préféré vous dire quel concert je n'ai pas aimé parce qu'il y en a eu 3 : -M-, Iron Maiden et Deep Purple. C'était vraiment bof.

Marina and the Diamonds.

Il est grand temps de faire un point musical sur une chanteuse que j'aime beaucoup alors que je ne suis généralement pas une grande fan du style dans lequel elle officie mais il faut qu'on parle de Marina and the Diamonds. Je savais bien que vous seriez d'accord.


Je dis qu'il est grand temps de le faire parce que ça fait un moment que je l'écoute. On peut dire qu'elle fait de la pop indie et ce n'est pas ce que j'écoute en temps normal mais elle est l'exception qui confirme la règle. Née au Pays de Galles en 1985 d'un père grec et d'une mère galloise, Marina Diamandis a une voix qui m'interpelle. Pardon, je suis un peu trop réservée, la vérité est que j'adore sa voix ! Aussi, le style qu'elle confère à sa pop est, je trouve, très singulier parce que personnalisé et très riche. Autrice, compositrice et interprète, elle a pour le moment enregistré 3 albums : The Family Jewels (2010), Electra Heart (2012) et Froot (2015). J'aime beaucoup le premier album, j'apprécie fort peu le deuxième parce que trop électro à mon goût (du coup je ne vous mets aucun extrait puisqu'ici c'est un peu la dictature) et j'adore vraiment le troisième. Ses textes peuvent être engagés et ses clips parfois ironiques et cyniques. Il y a aussi une esthétique visuelle et j'adore ça.

The Family Jewels (2010) - Electra Heart (2012) - Froot (2015)

Petite anecdote, Marina Diamandis est synesthète. La synesthésie est une sorte d'anomalie neurologique qui ne provoque aucun dommage, bien au contraire. Les synesthètes associent automatiquement deux ou plusieurs de leurs sens. Dans la majeure partie des cas, ces gens voient les notes de musique (synesthésie musique) et/ou les lettres de l'alphabet (synésthésie graphèmes) en couleur. Marina Diamandis est concernée par les notes de musique mais également les jours de la semaine. Toutefois il existerait 152 façons différentes d'être synesthète : numérique, spatio-temporelle ou encore lexicale-gustative. Pas mal d'artistes sont et ont été concernés : Pharrell Williams, Lady Gaga, Thom Yorke, ou encore Franz Liszt, Wassily Kandinsky et Vladimir Nabokov.
Sur ce, musique !


MOWGLI'S ROAD
The Family Jewels (2010)




I'M NOT A ROBOT
The Family Jewels (2010)




FROOT
Froot (2015)




I'M A RUIN
Froot (2015)

Cinéma #3 oui mais aussi un documentaire.

JODOROWKY'S DUNE, de Frank Pavich (2013)


Je m'intéresse à beaucoup de choses mais s'il y a bien un domaine qui m'échappe totalement, c'est celui de la bande-dessinée. J'en lis et j'en ai lues quelques unes et j'en ai plein chez moi parce que c'est le truc de mon mec. Il est notamment tout à fait fan d'un homme qui s'appelle Jean Giraud alias Moebius (1938-2012) qui a collaboré avec Alejandro Jodorowsky dans les années 1970 pour faire ce film qui ne verra pourtant jamais le jour, Dune. En fait si, le film Dune existe, celui terriblement pénible avec Kyle MacLachlan et Sting réalisé par David Lynch. Cependant, avant que ce dernier ne s'empare de l'adaptation du roman éponyme de Frank Herbert en 1984, le réalisateur chilien Alejandro Jodorowsky avait prévu d'en faire le plus grand film de tous les temps. Je vous dis ça, c'était deux ans avant le premier Star Wars. Il voulait Salvador Dalí, Orson Welles, Mick Jagger et Amanda Lear (oui, oui) pour jouer dedans et a aussi commencé à travailler avec Dan O'Bannon et H.R. Giger à qui on doit Alien, ainsi qu'avec Pink Floyd et Magma pour la musique. Malheureusement, le projet n'a jamais pu aboutir à cause d'un problème conséquent de budget. Et donc l'excellent documentaire de Frank Pavich raconte tout ça et c'est complètement dingue.


SOLACE, d'Afonso Poyart (2015)


J'avais très envie de voir Solace (Prémonitions en V.F.) et je suis finalement plutôt mitigée par le résultat. On ne peut pas dire que c'est un mauvais film mais je suis intimement persuadée qu'il y avait moult façons différentes de le rendre plus chiadé, moins facile, moins hollywoodien. Anthony Hopkins joue le rôle d'un médium à la retraite qui est sollicité par la police pour enquêter sur plusieurs meurtres réalisés par un tueur en série méthodique. Le pitch est assez classique mais globalement, les flash forward apportent quelque chose. Cependant c'est vite atténué par la facilité conférée ici à la médiumnité d'Anthony Hopkins, comme si ça pouvait résoudre tous les tracas du film. C'est tellement dommage !


SPOTLIGHT, de Tom McCarthy (2015)


Oscars 2016 du meilleur film et du meilleur scénario, je pense vraiment que Spotlight ne les a pas volés. C'est un film adapté d'une histoire vraie, celle d'une cellule de journalistes d'investigation du Boston Globe qui ont enquêté sur un réseau de prêtres pédophiles dans la ville de Boston au début des années 2000, énorme scandale mis à jour. Cette enquête a d'ailleurs reçu le prix Pulitzer. Le film dure un peu plus de deux heures et il est rudement bien ficelé, la longueur de l'enquête est bien ressentie, on a un peu la pression pour plusieurs raisons et puis boum. Bref, il est excellent, 5 étoiles et 14 Oscars sans hésiter.