The Runaways et Joan Jett, ou enfin le rock au féminin.

Quand j'ai changé le décor du blog, vous vous êtes peut-être demandé (ou peut-être pas) qui étaient les cinq gonzesses old school de la bannière qui vous accueillent très poliment chaque fois que vous arrivez ici. Premièrement, ces doigts d'honneur ne s'adressent pas à mes lecteurs mais à la vie en général parce que vive la rébellion (avec modération, on aime bien son petit confort quand on devient trentenaire). Deuxièmement, il s'agit des membres du groupe The Runaways dont la plus connue du grand public est Joan Jett. Sur cette photo, vous pouvez voir de gauche à droite : Lita Ford, à la guitare solo de 1976 à 1979, connue et reconnue après The Runaways dans le milieu du métal ; Cherie Currie, au chant de 1976 à 1978, aujourd'hui reconnue comme sculptrice à la tronçonneuse (oui) ; Jackie Fox, à la basse de 1976 à 1977, qui s'est ensuite reconvertie dans une carrière d'avocate après avoir obtenu son diplôme à Harvard ; Sandy West, à la batterie de 1975 à 1979, elle a fondé le groupe avec Joan Jett et Micki Steele, la toute première bassiste. Elle est décédée en 2006 des suites d'un cancer des poumons sans n'avoir jamais réussi à percer de son côté ; Joan Jett, d'abord à la guitare rythmique de 1975 à 1977, puis à la basse en 1977 le temps de la transition entre Jackie Fox et Vicky Blue (qui est restée de 1977 à 1978 et a été remplacée la dernière année par Laurie McAllister), de retour à la guitare à l'arrivée de Vicky Blue, et enfin guitariste et chanteuse quand Cherie Currie a quitté le groupe en 1978.

Cherie Currie, Joan Jett, Sandy West, Lita Ford et Jackie Fox.

The Runaways a eu un succès relativement furtif, de 1975 à 1979, mais a marqué l'histoire du rock. Depuis l'avènement de ce style de musique dans sa très grande généralité, de nombreuses femmes se sont démarquées : Grace Slick (The Jefferson Airplane), Janis Joplin, Marianne Faithfull, Joni Mitchell, Joan Baez, Stevie Nicks et Christine McVie (Fleetwood Mac), Debbie Harry (Blondie), les sœurs Ann et Nancy Wilson (Heart), Siouxsie Sioux (and The Banshees), et j'en passe. Cependant elles étaient soit accompagnées de musiciens masculins au sein de leur(s) groupe(s), soit elles officiaient en solo. Avec The Runaways, nous avions un groupe entièrement féminin. Et énervé. D'ailleurs leur truc c'était le hard rock et le punk. Une fois que le groupe s'est dissous, et comme je l'ai écrit précédemment, certaines ont continué à se démarquer. Joan Jett s'est épanouie dans le punk et le glam rock, tandis que Lita Ford est une des rares grandes guitaristes féminines qui officient dans le métal.


La qualité de la vidéo ci-dessus est cracra, vous m'excuserez. Elle date de 1977 et est extraite de leur concert live au Japon où elles étaient extrêmement populaires (mais pas que là-bas, loin s'en faut). La chanson s'appelle Cherry Bomb et c'est leur plus grand succès. Il faut savoir qu'à cette époque, les filles ne sont même pas majeures et Cherie Currie, la chanteuse en corset, ici a tout juste 18 ans. Elles ont très vite été prises au sérieux parce qu'elles envoyaient du bois et qu'on n'avait jamais vu ça. Aujourd'hui, il est évident qu'on ne laisserait jamais des gamines de cet âge chanter ce type de chansons éloquentes en petite tenue... oh wait, mon petit doigt me cite, entre autres, Taylor Momsen dont le premier album est sorti quand elle avait 17 ans. Peut-on dire qu'elle est une digne fille du genre inventé par The Runaways ? Je crois que oui.

Alia Shawkat, Scout Taylor-Compton, Stella Maeve, Kristen Stewart et Dakota Fanning dans les rôles de :
Micki Steele, Lita Ford, Sandy West, Joan Jett et Cherie Currie.

Kristen Steward, Joan Jett, Dakota Fanning et Cherie Currie au festival du film Sundance en 2010.

Pour bien tout comprendre, je vous conseille de voir l'excellent film consacré à la création du groupe, leurs débuts sur scène et les relations entre elles ainsi qu'avec leur impresario Kim Fowley, The Runaways de Floria Sigismondi (2010). Kristen Stewart joue le rôle de Joan Jett et Dakota Fanning celui de Cherie Currie. Elles sont toutes les deux d'une incroyable justesse ! De plus, le film est basé sur l'autobiographie de Cherie Currie, Neon Angel : A Memoir of a Runaway et il a été supervisé par Joan Jett. Pour la petite anecdote, l'actrice jouant le rôle de Marie, la grande sœur de Cherie Currie, est Riley Keough, la fille de Lisa-Marie Presley, elle-même fille d'Elvis. La boucle du rock'n'roll est bouclée.


Cette vidéo est extraite du film et c'est Cherie Currie (Dakota Fanning) qui fait un playback sur Lady Grinning Soul de David Bowie pour un spectacle du lycée. Elle s'en prend plein la gueule mais sa réaction est priceless. Ce moment a eu lieu avant sa rencontre avec les autres filles des Runaways.

Je vous le disais, le groupe s'est dissous en 1979. Les filles étaient en désaccord sur leurs choix musicaux et puis le groupe a été tellement remanié... Joan Jett a donc continué de son côté avec la carrière et le succès qu'on lui connaît, elle est toujours restée cette meuf énervée. Sa musique est même toujours d'actualité puisque son dernier album est sorti en 2013. Cependant, son morceau le plus légendaire, I Love Rock'n'Roll, est une reprise ! L'originale date de 1975 et est interprétée par The Arrows. Comparez vous-mêmes avec d'abord la version de Joan Jett puis celle de The Arrows :


  

Joan Jett ne s'est pas arrêtée à cette reprise puisqu'en 1984 elle s'est aussi occupée de Do You Want To Touch Me initialement interprétée initialement par Gary Glitter en 1973. Joan Jett a toujours le chic pour apporter sa touche vénère et ça fait un bien fou. Là encore comparez :

  

Evidemment, je vous résume tout parce qu'elle a aussi repris Dirty Deeds Done Dirt Cheap d'AC/DC en 1990, l'originale datant de 1976. Je trouve d'ailleurs que Marina Diamandis a un faux air de Joan Jett précisément dans ce clip. Il faut l'avouer, à mon sens Joan Jett était une jeune femme d'une grande beauté. Je ne peux pas dire que j'écoute au quotidien la musique des Runaways, trop punk à mon goût (je n'aime vraiment pas le punk), ni celle de Joan Jett, très hard FM, bien que j'adore ce style mais malgré tout avec parcimonie. Néanmoins, en tant que féministe et mélomane invétérée, je suis tellement heureuse que de telles femmes existent et aient autant marqué l'histoire du rock, un milieu encore ultra masculin. Je vous parle de féminisme parce que Joan Jett, Siouxsie Sioux ou encore Patti Smith ont permis un soulèvement féminin dans le milieu punk, ça s'appelle le Riot Grrrl et, pour en savoir plus, je vous invite à lire cet excellent article du Castor Magazine, lui-même excellent webzine et vous ne comprendrez qu'en cliquant.

D'ailleurs, j'ai créé un nouveau libellé qui s'appelle sobrement Girl Power et grâce auquel vous retrouverez tous mes articles où je mets en lumière les femmes dans la musique, et aussi dans d'autres trucs. OK, il n'y a pas encore beaucoup de contenu mais j'ai plein d'idées ! Enfin, vous savez désormais que je fais déjà tout ça dans cette chouette émission de radio - vous avez tous les podcasts ici. Et puis tant qu'on y est, n'hésitez pas à liker ma page Facebook, je poste mes dernières publications mais aussi parfois des trucs cool que je lis çà et là. Et puis sur Twitter aussi, je suis à fond !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire