Tu es blogueuse et c'est trop dur ?

J'ai un coup de gueule à passer. Le fait est que je ne dois pas toujours me contenter de Twitter pour ce faire, il est parfois intéressant de se plier à l'exercice de la critique et du mécontentement de façon argumentée, posée et avec des paragraphes. Ça m'aide à réfléchir sur ce monde peuplé de connards et c'est cathartique. Je passe un temps certain sur mon ordinateur via lequel j'explore pas mal la blogosphère et ces lectures me font passer par toutes les émotions. Honnêtement, j'aime beaucoup ce milieu. Je blogue moi-même depuis plus de dix ans donc j'ai vu ce monde évoluer. Aujourd'hui, ce n'est plus la honte d'avoir un blog et on trouve des supports sur absolument tous les sujets, avec tous les styles d'écriture, tous les niveaux de créativité, je trouve ça génial. Aussi, si on m'avait dit il y a dix ans qu'on pourrait finir par vivre de son blog, je ne l'aurais jamais cru. Si on m'avait dit que des marques diverses et variées feraient autant confiance aux blogueurs pour des partenariats, j'aurais rigolé ! Force est de constater que cet univers fonctionne très bien, même alors que les chaînes YouTube sont en plein essor. A titre personnel, j'estime très chanceux les gens qui ont assez de succès pour se dégager un revenu mensuel. Vivre de sa passion est quelque chose de très précieux à mes yeux.

Mon blog à moi a un succès très relatif, je ne suis pas une cliente idéale pour des partenariats quels qu'ils soient même si un jour on m'a filé 100 balles pour insérer trois liens dans un article. C'était il y a quelques années (sur mon premier blog du temps jadis, aujourd'hui décédé, R.I.P.) et j'étais bien contente même si j'ai halluciné sur le contexte. Très franchement, si on me propose aujourd'hui de vivre de mon blog, je dis banco, on vend la caravane. Direct.


Si je lis autant de blogs, c'est parce que je regarde quotidiennement ce qui se trame sur Hellocoton. J'aime lire de nouvelles choses et de nouvelles personnes, et puis je m'intéresse à beaucoup de choses. Chaque jour, cette sorte de portail des blogs (rédigés par des femmes en grande majorité) compile un best of d'articles par catégorie (mode, beauté, humeur, culture, etc.). Toutefois, il ne se passe pas une semaine sans qu'une blogueuse vienne déblatérer sur son activité et se fend d'une auto-absolution dont le texte n'est même pas justifié (pire, il est centré !) et est aussi long que l'autoroute vers l'ennui. J'en suis donc là après une énième lecture de ce genre où j'ai constaté l'indécence la plus totale.

Tout d'abord, l'article s'intitule : "Vis ma vie de blogueuse.". On comprend alors tout de suite qu'il s'agit de l'activité principale de l'autrice tel un métier, un sacerdoce. On sait immédiatement qu'elle va se plaindre, mettre des choses au clair, qu'il va se passer quelque chose, bon sang ! Tellement de suspense, on ne tient plus ! Voici maintenant quelques morceaux choisis :

"Quand je dis que je suis blogueuse, les gens ont tendance à faire ce raccourci rapide qui consisterait à penser que je passe ma vie en vacances [...]. Le travail de blogueuse n'est pas aussi reposant qu'il ne le semble !". Globalement, je suis d'accord avec elle. L'activité indépendante de blogueur étant encore nouvelle, les gens se posent des questions et ont un jugement rapide. Malheureusement, c'est le cas de beaucoup de métiers : si tu es prof tu es un(e) feignant(e), si tu bosses aux impôts tu es une ordure, si tu es garagiste tu es un(e) voleur(se), etc. Le problème ne vient finalement pas de ton travail mais de la connerie des gens. Peut-on vraiment quelque chose contre ça ? Je n'en suis pas sûre. Le travail de blogueuse n'est sans doute pas reposant mais quel boulot l'est vraiment ? Même gardien(ne) d'une île paradisiaque au large de l'Australie n'est pas reposant. Toutefois, arrêtons de mentir aux lecteurs, il est plus facile d'être blogueuse qu'équipière chez McDo, hôtesse de caisse, femme de ménage... je continue la liste ? D'autant que...

... "Le matin, contrairement aux idées reçues, je ne fais pas la grasse mat'. Je me lève, comme tout le monde. Je me prépare un café bien chaud et, calée dans mon lit, je check Instagram, Facebook et mes mails, et tente tant bien que mal de rattraper mon retard dans l'édition de mes photos ou dans les préparations de mes articles. L'ordinateur sur les genoux et un carnet à proximité, je fais la liste des partenariats à honorer, des rendez-vous de la journée, des tenues à préparer pour les shootings...". C'est chaud, les gars ! Chaud !!! J'imagine assez bien la douleur, n'était moi-même pas du tout du matin, se lever vers 7h30 relève de la torture. Si en plus je dois rester calée dans mon plumard pour bosser avec un café et mon ordi sur les genoux, pour peu qu'on soit lundi, ça me colle des tendances suicidaires. Bon. Soyons sérieux deux minutes. J'ai cité ici la première moitié de l'article et on est déjà crispé. Crispé par l'indécence. Je me pose des questions : cette jeune femme a-t-elle déjà travaillé ? Un vrai bon gros job à la con payé que dalle ? A-t-elle déjà connu le chômage ? Les galères ? Bordel mais c'est quoi son éducation ?!


Continuons : "Je peux passer des heures sur mon ordinateur à user mes yeux, alors depuis quelques mois je porte des lunettes, bien que j'étais l'une des seules de ma famille à ne pas avoir de problème de vue.". S'en suit un petit placement de produit ni vu ni connu j't'embrouille pour une marque de lunettes aux verres anti-lumière bleue. Se protéger les yeux des écrans n'est pas la même chose qu'avoir des problèmes de vue, aussi je l'invite à réviser ses classiques scientifiques. Mais ne rageons pas, ces lunettes lui "donnent un petit supplément de style" qui la "crédibilise" quand elle fait "le choix d'aller travailler au Starbucks du coin.". Il serait relativement inutile pour moi de commenter étant donné que je suis une bouseuse de provinciale et qu'il n'y a aucun Starbucks dans mon département. Cependant, avoir le choix de travailler depuis n'importe quel spot est un véritable enjeu pour les méninges. C'est qu'il ne faudrait pas s'arrêter dans un lieu au pourcentage de hype inférieur à 98%.

Pour le reste, je vais aller plus vite. Ses après-midis sont consacrés aux rendez-vous, c'est ainsi qu'elle découvre les nouvelles créations, rencontre les créateurs, les marques et prend des photos. Cela dit, ces moments sont parfois très longs et difficiles à gérer, comment passer du Marais au XVIème arrondissement en moins de temps possible ? Il faut en plus trouver un moment pour aller aux toilettes... dur ! Son quotidien n'est, je cite, "pas uniquement composé de licornes et de paillettes" ! Quand elle rentre chez elle, il faut vite prendre des photos pour Instagram avant que le soleil ne se couche sinon la journée de travail est fichue. Jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle n'a pas dîné et qu'il est déjà 22h... Sachez que même en vacances elle n'est pas tranquille. Elle doit parfois renoncer à faire la sieste sur la plage afin de répondre à ses mails en attente... :(


Heureusement, notre blogueuse conclue de façon très évidente : "Alors non la vie de blogueuse n'est pas de tout repos, je ne suis pas payée pour les heures sup' mais je fais ce que j'aime et ça, ça n'a pas de prix !". Ah, fichtre, c'est beau comme du Lara Fabian, je suis à deux doigts de me mettre à chialer d'émotion. En fait, j'ai vraiment cru à une blague, une parodie, un putain de fake jusqu'à la dernière ligne mais non, cette blogueuse a l'air très sérieux et complètement dans son monde. Je suis sidérée de voir à quel point elle peut se montrer insultante. Ça me donne envie de casser des trucs et aussi de lui faire la liste détaillée de tous les gros mots que je connais. Mais vous avez vu, je me suis presque retenue.

Alors bien que mon blog soit très, très, très modeste, je tiens à passer ce message : arrêtez de faire ça. Cessez de vous justifier parce qu'on vous a dit un jour que vous étiez des glandeuses. Il paraît que la fainéantise est signe d'intelligence, servez-vous en. Réfléchissez, ouvrez-vous au monde et comprenez que vous ne pouvez pas écrire n'importe quoi, n'importe comment. Arrêtez de croire que la planète tourne autour de la blogosphère, de la comm' et du style. Cessez de passer pour des connes et d'en être fières. Ayez du savoir-vivre, de la décence, de la modestie et du respect. Vous me gonflez éperdument mais je me demande ce que mon esprit critique ferait sans vous...

21 commentaires:

  1. Parfaitement d'accord, je n'aurais pas mieux dit.

    RépondreSupprimer
  2. Ton dernier paragraphe <3
    (et encore je trouve que tu as été infiniment bonne et bienveillante dans ta review!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis devenue adulte depuis l'ancien régime où je canardais des insultes de mécontentement. Je regrette pas mal de critiques que j'ai faites par le passé, et l'idée ici n'était pas de l'affliger outre mesure. Je ne vais pas l'attaquer sur sa personne, je reste centrée sur son article. Lors de la rédaction, j'ai réécris des passages parce que je trouvais que j'allais trop loin.

      Supprimer
  3. punaise tu te demandes effectivement si cette personne a déjà eu un "vrai" boulot... et j'espère pour elle que son blog va continuer de marcher parce que sinon elle va déchanter...

    RépondreSupprimer
  4. Je t'aime ! (ça c'était pour reprendre Lara Fabian :p) Plus sérieusement, je suis d'accord avec toi, je suis en plein dedans, à Paris, blog mode modeste, je commence à en connaître certaines. Elles me choquent ! Pour le coup, j'ai fais des petits boulots, vendeuse, caissière, serveuse... Il y a quelques semaines, suite à un pseudo facebook de l'une d'entre elle, je me suis dis "putain, j'ai un nombre de potes freelance qui rame trouver des clients, se faire payer sans retard... Et ils n'écrivent pas des pseudos pour se plaindre".

    Comme tu le dis, c'est l'éducation je pense ! C'est une chance de faire ce que l'on aime. Personnellement, c'est doucement mais sûrement, mais je reste honnête avec moi-même.

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne chance à toi ainsi qu'à tes amis freelance, que la force soit avec vous !

      Supprimer
  5. C'est tellement ça! Merci pour cet article très percutant.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis sûre que c'est la même meuf qui porte ses nouvelles lunettes à verres teintés pour l'écran (et qui se nique doucement mais sûrement les yeux en les portant ailleurs que devant l'écran)!
    Autant je peux comprendre que ça doit être frustrant de ne pas être pris.e au sérieux quand tu blogues, que tu as des marques qui te proposent des partenariats complètement WTF mais merde, la meuf vit de sa passion et elle se plaint à ce point ? Change de métier.
    La nana avait juste envie de se faire mousser. C'est indécent particulièrement parce que son article n'apporte rien à ses lectrices/lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait en parler aussi de ces gens qui veulent porter des lunettes sans correction sous prétexte que c'est cool ! J'en connais dans la vraie vie (au moins deux).

      L'article n'apportait rien, c'est vrai, cela dit est-ce que ça doit vraiment apporter quelque chose au lecteur ? Toujours est-il qu'elle a supprimé son texte et a fait une mise à jour où elle présente ses excuses.

      Supprimer
    2. C'est pas dérangeant que ça apporte rien, c'est sûr (j'y ai pensé au moment où j'ai écrit la phrase). Mais là, je trouve que c'est vraiment le néant ce que j'ai pu lire en terme de contenu ou de sensation. Enfin, si elle a compris sa bourde, c'est déjà ça.

      Supprimer
  7. Est ce qu'on en ferait pas un petit peu trop autour des blogs modes ? La nana en question à 741 likes et est jeune.
    Je ne lui cherche pas d'excuses surtout que ça sera la même qui, avec un peu plus de likes, deviendra la connasse mégalo et imbuvable que je croise constamment dans les soirées (que je ne fréquente plus à cause de ça...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 741 likes, c'est toujours 700 de plus que moi et elle est jeune, en effet, ça pourrait peut-être être un facteur de candeur mais je trouve ça trop facile de s'arrêter à ça (et même un poil misogyne). Dans un groupe de personnes différentes, chacune n'est pas la même à 24 ans en fonction de son vécu donc là ce serait un prétexte de s'y pencher. Je ne connais pas cette jeune femme et je n'ai pas envie d'essayer de l'analyser suite à un seul article, je préfère m'arrêter sur ses écrits ponctuels :)

      Supprimer
  8. Merci, merci, merci ! Ton article sera le rayon de de soleil de ma journée de travail sous eclipse !
    Après avoir pleurniché pendant 2 heures, ton article m'a redonné le sourire. Heureusement que des personnes comme toi existe bon dieu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha comme tu y vas ! Mais si je t'ai apporté un peu de lumière, je suis contente. Bonne journée à toi !

      Supprimer
  9. Je suis tombée sur le même article et en fait la personne à un petit blog. Je m'attendais au cri du coeur d'une grââânde blogueuse, mais je crois qu'elle a voulu se donner une image de personne importante qui répond des partenaires en délires de Hong Kong le matin, à Los Angeles le soir.
    La réalité à l'air bien différente... En tout, je rejoins mille fois ta réflexion: un peu de décence, il y a des millions de gens qui travaillent plus dur et plus pénible!

    RépondreSupprimer
  10. Effectivement indécent. Ce serait bien qu'on lui propose de passer une semaine en usine en blouse, charlotte et bottes de protection (pour le look so hype) avec un démarrage de nuit, juste pour qu'elle mesure sa chance de bosser dans son lit le matin :-)

    RépondreSupprimer
  11. Il y a aussi un autre point à réfléchir. Derrière son envie de se faire remarquer en tant que blogueuse débordée se cache un autre désir. Celui d'être la Star d'un jour sur Hellocoton. Ce genre d'articles légèrement polémiques, sont devenus tendance sur cette plateforme. Il font souvent la UNE : Pour ou contre le blogging comme source de revenus, les blogueuses sont mal comprises dans la société. Le terme "influenceurs" n'est pas le bon car je ne compte influencer personne. Les blogueses qu'acceptent de l'argent pour ses articles peuvent vraiment proposer un contenu de qualité ? Etc, etc, etc. Il paraît que l'univers du "MOI BLOGUEUR je pense que ..." est devenu un vrai filon "éditorial". Et à priori ça marche, car ces articles se font vraiment remarqué (et nous font souvent perdre notre temps), tant que des articles vraiment intéressants passent inaperçus. Et voilà un exemple.
    Quoi qu'il en soit, cette fille a vraiment réussi à se faire remarquer et sûrement ses stats ont du bien monter cette semaine ! ;)

    P.s - Ton article est vraiment sympa. Une critique cohérente, écrite avec bonne humeur. Je préférerais plutôt ce genre là à la UNE !

    RépondreSupprimer