Cinéma #7 ou des comédies parfois malgré elles.

Je n'écris pas beaucoup en ce moment parce que je manque d'idées. Je manque d'idées parce que je ne fais pas grand chose et je ne fais pas grand chose parce que j'occupe mes nuits à essayer de dormir et mes journées à essayer de rattraper mes nuits pendant lesquelles je n'ai pas réussi à dormir, du coup je suis zombifiée depuis quelques temps. J'en arrive même à passer des journées entières sans toucher à mon ordinateur, et je n'ai pas écouté de musique depuis Mathusalem (j'ai mis deux vinyles aujourd'hui, quel exploit) c'est du jamais vu dans mon histoire personnelle. Toujours est-il que je n'ai pas fait grand chose de culturellement intéressant, au point que j'ai décidé d'arrêter le bilan culturel mensuel. Je pensais que ça allait m'obliger à faire plus de choses mais en fait pas du tout, alors autant se débarrasser de la pression. J'ai malgré tout vu quelques films (rien de transcendant, hélas) il y a quelques semaines et je m'en vais vous les survoler rapidement.


YOU AGAIN, d'Andy Fickman (2011)


Ce film est passé à la télé un soir et j'ai été attirée par le duo Jamie Lee-Sigourney comme une grosse mouche avec du miel. Il ne s'agit pas de la comédie du siècle et je ne l'aurais sans doute pas regardée avec des actrices qui m'intéressent beaucoup moins mais j'ai quand même bien rigolé. Disons qu'il est question d'une situation qu'on a tous en horreur et qu'on a peut-être déjà plus ou moins vécue. Les premières minutes nous montrent à quel point Marni (Kristen Bell) est une victime au lycée puis on la voit dix ans plus tard en adulte responsable avec une bonne situation. Elle doit retourner auprès de sa famille pour le mariage de son frère et se rend compte que sa belle-sœur est son pire cauchemar de l'école. Evidemment, on retrouve des scènes ubuesques parce que l'idée est de grossir le trait mais du coup, je m'attendais à plus. Il y avait presque trop de bons sentiments à mon goût, j'ai l'impression d'être une peau de vache.


GODS OF EGYPT, d'Alex Proyas (2016)


Nous savons tous qu'il s'agit ici du pire film qui soit, je n'écris pas à son sujet pour vous dire le contraire. Je m'inflige ce genre d'idioties en grande partie pour mater Gerard Butler, ce magnifique écossais jouant le rôle d'un dieu égyptien, il en va de même pour le danois Nikolaj Coster-Waldau et la française d'origine cambodgienne Elodie Yung. Je n'imaginais pas du tout le vilain Seth (Gerard Butler) avec des yeux aussi bleus et un accent aussi anglo-américano-écossais mais ne polémiquons plus, le mal est fait. On pourrait aussi s'en prendre à Alex Proyas qui nous a pondu cette immense blague qu'est Knowing (Prédictions en version française) avec Nicolas Cage et qui m'a provoqué une succession de fous rires alors que ce n'est même pas une comédie. C'était un peu pareil avec Gods of Egypt avec un petit supplément : il faut le regarder avec des lunettes de soleil et ne pas souffrir d'épilepsie. Une telle surenchère m'a vraiment fatiguée. Je ne vais pas être complètement dégueulasse puisqu'il y a de bonnes idées. Tellement mal exploitées, hélas. J'aimais vraiment bien le fait qu'il se passe des trucs un peu chiadés au royaume des dieux mais c'était juste méchamment comique.


LONDON HAS FALLEN, de Babak Najafi (2016)


Puisque nous sommes dans le thème "Gerard Butler, grand acteur de comédies", continuons avec ce chef-d'œuvre en la matière. Il s'agit de la suite d'Olympus Has Fallen (réalisé alors par Antoine Fuqua) et qui n'était pas un si mauvais film dans son genre. J'aime beaucoup les films d'action très graves et très américains avec des explosions et des John McLane en puissance. Cela dit, London Has Fallen a peut-être un peu poussé le bouchon. Là encore j'ai éclaté de rire devant plusieurs scènes, surtout celles où on voit les monuments exploser de peur. Souvent, les films d'action ont des scénarii complètement improbables mais ici, sur une échelle de 1 à 10, on arrive à peu près à 37. A quel moment peut-on prendre au sérieux de voir tous les chefs d'états du G20 se faire buter mais pas Gerard Butler alors qu'il se prend frontalement une salve de mille balles de mitraillettes ? Il faut le voir pour le croire.


HAIL, CAESAR !, d'Ethan et Joel Coen (2016)


Voici encore un casting qui laisse rêveur... Oui mais quelle déception ! S'il y a bien une chose que je déteste, c'est regarder un film-catalogue. Nous en mettre plein la vue avec une succession d'acteurs et de saynètes qui n'ont pas tellement à voir les uns avec les autres, ça me contrarie. J'ai trouvé ce film sans fond alors qu'il y avait un réel potentiel comique, un truc digne des frères Coen quoi ! La seule scène qui m'a vraiment beaucoup plu est celle avec Channing Tatum avec son chien et le sous-marin, c'est vous dire. Pourtant, encore une fois il y avait tout ce qu'il fallait : le sale caractère du personnage de Scarlett Johansson, le potentiel comique de George Clooney, l'époque, les coulisses du cinéma de cette époque, les communistes, une enquête policière... mais ce n'était que survolé, un catalogue vous dis-je.

2 commentaires:

  1. Longtemps que je n'étais venu errer par ici, alors pardon de mes grosses manières, j'ai suivi un gazouillis.

    Concernant les trois premiers films, et quoique je mâterais peut-être London Has Fallen pour me purger l'esprit, quelque chose me dis que je gagnerais toujours plus à lire sur eux qu'à les regarder. Sinon j'ai vu Hail Caesar au cinoche, et j'en ai eu le même ressenti que toi. J'espérais une apothéose où tout se rejoigne... Et a posteriori, je me suis demandé si le spectateur avait forcément toutes les clés. Avec le concept des filmmakers qui font un film sur l'industrie du film, je me dis que ce qu'ils ont à dire n'est peut-être pas forcément lisible par nous autres profanes, pour parler sans ambages.

    La scène qui m'a fait le plus marrer c'est celle avec les communistes de salon, mais avec les choeurs de l'armée rouge, ça ne m'étonne pas que tu aies quiphé celle du sous-marin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne saurais que confirmer ton sentiment, il faudrait vraiment avoir du temps à perdre et une certaine curiosité pour s'infliger certains films (quoique c'est du snobisme parce que vraiment, on peut facilement bien rigoler).

      Concernant cette scène de Hail Caesar, on ne peut décidément rien te cacher, hihi !

      Blague à part, il faut que je réponde à ton SMS, j'ai méga honte !

      Supprimer