Mon prénom, ma bataille.

Salut, je m'appelle Lucie et j'aime beaucoup mon prénom.

Je ne m'en vante pas particulièrement mais je suis fière de m'appeler ainsi, même si ça n'a pas toujours été le cas, loin s'en faut.
Lucie vient du latin lux qui veut dire lumière. Déjà, je trouve ça plutôt cool parce que la lumière est une notion qui me fait du bien. Lucie est un vieux prénom, on en trouve de tous les âges, aussi bien des grands-mères que des nouvelles-nées. Il y a eu d'autres Lucie dans ma classe à plusieurs reprises, au travail parmi mes collègues et plusieurs de mes élèves se prénommaient ainsi. Malgré ça, je me suis toujours sentie inexplicablement unique avec mon prénom tantôt pourri, tantôt bien trop beau.

Lorsque je suis née il y a, ouh là, déjà 30 ans, mes parents avaient prévu de me prénommer Mathilde. Mon grand-père paternel est toutefois intervenu car il avait une sainte horreur de Jacques Brel et, ça tombe bien, parce que moi aussi. Lucie fut donc choisi à la place sans aucun regret. C'est à ce moment précis qu'on se demande si le karma n'est pas venu mettre les pieds dans le plat puisque j'ai finalement retrouvé Lucie, ou Lucy, dans le patrimoine musical. Dans le genre à l'aise et très bien installé.

J'ai eu 10 ans en 1996 et cette année-là, Pascal Obispo a sorti l'album Superflu sur lequel on retrouve une chanson très spéciale en piste 12. Très spéciale parce qu'elle me gonfle au-delà du possible, vous savez qu'il s'agit de Lucie. Et dépêche-toi Lucie, et vas-y que c'est pas marqué dans les livres... Hey, c'est bon, ça suffit. Si en plus je suis dans la même pièce qu'un piano, soyez sûrs que c'est pour ma pomme. Comme si ça ne suffisait pas, Alliage (R.I.P. Quentin Elias) a débarqué en 1997 avec Lucy et ça a été la fin des haricots. Cependant, je crois que je n'ai jamais vraiment entendu les paroles originelles puisqu'elles ont été modifiées par mes camarades de CM1-CM2 dans la cour de récré. En effet, au lieu de chanter "Lucy don't cry", ils disaient "Lucy le singe". Pourquoi le singe ? A cause d'elle :

C'est ça Yves Coppens, fais le malin.

Dans le jargon, on appelle ça cumuler. Sauf que les CM1-CM2 de mon bled sarthois moisi n'avaient pas l'intelligence et la culture nécessaire (ça va, moi non plus) quant à l'origine du prénom de ladite australopithèque. Découverte en 1974, celle-ci a été prénommée Lucy à cause de/grâce à Lucy In The Sky With Diamonds des Beatles écoutée par les archéologues (dirigés par le paléontologue Yves Coppens, cf photo) au moment où ils marquaient le squelette.

Petit aparté : cette chanson, que j'adore (au moins une), écrite, composée et interprétée par John Lennon sur l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band sorti en 1967, n'est absolument pas une ode à la drogue, comme le croient beaucoup de gens à cause des initiales (LSD). A cause de cette légende, la chanson n'avait pas droit de cité sur la BBC. En réalité, la chanson a été inspirée d'un dessin de Julian, le fils aîné de John Lennon alors âgé de 3 ans, qui représentait tout simplement sa meilleure amie, Lucy O'Donnell, dans le ciel avec des diamants. Un petit coup d'Alice au pays des merveilles par-dessus et hop, on tient un tube (source : Les Beatles la totale, les 211 chansons expliquées de Jean-Michel Guesdon et Philippe Margotin, éd. Chêne).

Alors oui, Lucy le singe sur l'air d'une chanson d'Alliage et tout ça à cause des Beatles, c'est beaucoup pour une seule personne et je hurle kamoulox. Enfin franchement de quoi je me plains ? On aurait aussi pu me chanter Daniel Balavoine, Charles Aznavour, Michel Delpech, Elmer Food Beat (soutien éternel aux Daniela), Sylvie Vartan, Hanson (oui, oui)... Je continue ? Non ? Bien, merci.

Que s'est-il passé pour que j'en arrive à aimer ce prénom dont on se moquait tant ? Je ne suis pas sûre d'avoir une réponse précise parce que les choses ont dû arriver progressivement. J'ai trouvé mon salut en arrivant au collège où on m'a enfin fichu la paix. En même temps, j'ai suffisamment souffert à l'école primaire pour toute ma scolarité et le mot est faible. De plus, on m'a aussi tellement dit que mon prénom était joli que j'ai fini par le croire. De toute façon, je n'ai pas de deuxième prénom, je n'avais donc pas la possibilité de me faire appeler autrement. Et puis en dehors des gens qui m'appellent Lucile ou Julie parce qu'ils ne sont pas foutus d'intégrer un prénom dans leur cerveau atrophié (non mais c'est chiant à la longue, surtout quand ça dure depuis 30 ans), j'ai décidé de déclarer la guerre à tous ceux qui ne trouveraient pas mon prénom assez bien pour eux, bien que ceci ne soit plus arrivé depuis l'école primaire. C'est con finalement, tout ça tient à très peu de choses.

Voilà, je m'appelle Lucie et j'en suis très fière. Faites avec !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire