Adieu mon soutien-gorge !

Connaissez-vous cette légende tenace qui raconte que les féministes brûlent leurs soutiens-gorge* ? Elle n'est qu'à moitié fondée puisqu'en réalité les féministes font des feux de joie avec leurs sous-vêtements les soirs de pleine de lune et, en même temps, le sacrifice d'une paire de couilles est un passage obligé. Sinon on n'est pas une vraie femme. C'est toujours un plaisir de dépenser une petite fortune dans l'achat d'un soutif pour ensuite le voir cramer en bombant la poitrine avec les yeux révulsés. Car oui, la lingerie coûte cher.

De toute façon, moi j'ai décidé d'arrêter ces conneries : j'abandonne petit à petit le port du soutien-gorge. Je me souviens très bien de l'achat de mon tout premier. J'avais 11 ou 12 ans et ma mère et ma grand-mère m'avaient emmenée dans une boutique de lingerie pour choisir ma première paire de baleines tueuses. Oui mais emballées de dentelle blanche et bleue, le tout à 120 francs. J'étais si fière !

Festival de Woodstock, août 1969

18 ans plus tard, il est désormais hors de question que des baleines de soutien-gorge et autres armatures vengeresses s'approchent de mes seins. Puisque mon corps n'a fait que changer depuis toujours, aujourd'hui je suis incapable de savoir quel sont mon tour de poitrine et ma taille de bonnet. Je trouve ça très fastidieux et je dois dire que cette information ne me manque pas du tout, je m'en fiche comme de ma première culotte. Alors avant que je dise adieu aux armatures, vous imaginez bien la galère sans nom pour me choisir des sous-vêtements en magasin... Magasin que je n'ai jamais choisi spécialisé, plutôt crever qu'entrer là-dedans. De plus, il faut se battre pour trouver un soutien-gorge qui ne soit pas rembourré. A quel moment les fabricants ont-ils pensé que toutes les femmes étaient forcément insatisfaites de leurs nichons ? Les miens ne m'ont jamais posé problème et une chose est sûre, jamais je ne les voudrai plus gros. A quel moment ces mêmes fabricants sataniques ont-ils cru que nous portions nécessairement des sous-vêtements pour plaire à d'autres personnes que nous-mêmes ? J'ai personnellement toujours préféré ce qui était basique et en coton, rien à secouer que qui que ce soit ne soit pas d'accord avec ça.

Maintenant que je me sens plus adulte, je ne vois pas en quel honneur je serais obligée de porter un sous-vêtement qui obsède tellement mon confort que l'ôter a toujours été la première chose que je faisais à la fin de la journée. Voilà qui met la puce à l'oreille ! Alors j'ai dit stop. Il m'arrive souvent de ne rien porter sous mes vêtements, notamment en hiver. Je suis une adepte de la méthode de l'oignon et je porte très souvent un débardeur ou un caraco sous mes t-shirts, eux-mêmes sous mes pulls. J'ai mis du temps avant de me sentir à l'aise une fois hors de chez moi parce que j'avais la désagréable impression que tous les regards se braquaient sur ma poitrine. Alors que pas du tout. Superposition des couches ou non, j'ai la chance d'avoir des seins qui ne sont pas dotés d'un libre arbitre, aussi ils tiennent très bien tout seuls. Donc désormais, je n'en ai plus rien à faire.
Quand je ressens le besoin de porter une forme de soutien, je choisis forcément une brassière ou un triangle et leur taille est beaucoup plus facile à choisir. Ceux-là sont d'un certain secours pendant l'été quand je n'ose pas encore y aller franchement sous un simple top.

En définitive, le port d'un soutien-gorge doit rester un plaisir même si c'est parfois une nécessité. Il est ultra important que le confort prime, je ne vois pas sous quel prétexte nous serions obligées de souffrir toute la journée atrocement comprimées. Alors au bûcher !



* Plus sérieusement, l'idée que les féministes brûlent leurs soutiens-gorge vient de la libération sexuelle à la fin des années 1960 et au début des années 1970 lorsque les femmes les jetaient en signe de protestation. Je vous invite à lire ceci sur la libération des seins.

12 commentaires:

  1. Je ne porte plus de SG depuis quelques mois maintenant et lorsque, à de rares occasions, j'en porte, je me sens tellement mal !!
    Je fais comme toi, caraco + tshirt et c'est très facile en cette saison. Pour le printemps et l'été par contre, je pense acheter 2/3 triangles très fins pour parer aux regards professionnels indiscrets :)
    Mais vraiment, quelle libération !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Libération, c'est le terme ! Je me sentais à poil au tout début et j'ai fini par m'habituer.

      Supprimer
  2. Je ne porte plus de soutien-gorge depuis 1 an !
    L'hiver, c'est très facile. L'été, un peu moins. On a peur des regards. Et puis on s'en libère. A la fin de l'été (qui dure d'avril à octobre en Provence où je suis), je n'en avais plus rien à faire et personne ne m'a importunée pour ça ! Et qu'est-ce que c'est bon ...

    Je te rejoins totalement pour les SF rembourrés. WTF ??? Parce que j'ai une petite poitrine, je suis obligée dans préférer un fausse grosse ? Ca me rendais dingue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a encore une espèce de mythe autour du téton féminin, suffit qu'il pointe pour une raison x ou y et des gens vont en faire tout un pataquès. Il faut notamment voir le traitement de la chose par les journaux people par exemple, combien de fois ai-je vu traîner çà et là des remarques sur le fait qu'une star ne porte pas de soutien-gorge... On n'est pas toujours aidées !

      Supprimer
  3. Et bien moi, je crois que ça fait pas loin de 10 ans que je n'en porte qu'occasionnellement : pendant mes allaitements (j'ai 4 enfants) et quand je sors (je télé-travaille). C'est juste un acte social inconfortable. Et je vous rejoins sur les rembourrages et autres formes pigeonnantes... C'est vraiment une drôle de norme qu'on essaie de nous fabriquer mais, heureusement, de plus en plus de jeunes femmes s'en émancipent :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que tu utilises un terme terriblement adéquat : acte social. C'est clairement ça !

      Supprimer
  4. J'adore ce message !! Mes seins et moi c'est une galère depuis mon accouchement il y a 4 ans... avant je faisais un 85B tout mignon, ils tenaient parfaitement droit, je portais des soutiens-gorges seulement lorsque je sortais, plus par principe, mais je n'aimais pas du tout ça ! Après un allaitement de douleur et d'horreur avec double lymphangite ma poitrine est montée à 95D, attention je parle là pendant l'allaitement et non pendant la grossesse... par chance cette explosion ne m'a pas créé de vergetures. Toutefois j'ai du stoppé cet allaitement car la douleur était insupportable ( et ma fille prématurée n'arrivait pas à téter ), et là j'ai fondu... depuis ma poitrine ressemble à l'identique à la photo de l'article ! Un mélange de 85 A ou B qui se casse complètement la figue... moi qui aime porter des choses moulantes, si je ne mets pas de soutiens-gorges je suis complètement plate, alors j'achète des wonderbra rembourré afin d'avoir un " minimum " car ça me complexe énormément, pourtant je ne suis pas coquette loin de la ! Et chaque jour où je porte ces soutiens-gorges je souffre physiquement car ma poitrine trouve le moyen de passer par dessous les baleines donc ça me fait super mal et je n'attends qu'une chose : retirer cette horreur ! J'espère un jour pouvoir me libérer de cet engin de malheur car cela me fait souffrir autant physiquement que mentalement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ta poitrine passe par-dessous les baleines, essaye de porter un soutien-gorge avec un tour de dos plus petit et un bonnet plus grand. Parce que le soutien-gorge n'est pas un objet de torture quand il est à la bonne taille, mais qu'on essaye de caser toutes les femmes dans un 85-90B. (je te conseille le site d'expertmoelleux si ça t'intéresse de trouver un soutien-gorge confortable).

      Supprimer
    2. Merci de ta réponse Bettallumette ! Je désespère car j'en suis à mon troisième soutien-gorge acheté en boutique, donc avec conseil de vendeuses normalement qualifiées, j'ai déjà parlé de mon soucis, elles m'ont fait essayer diverses marques, formes, etc... le soucis est le même et c'est une vrai torture car une fois la poitrine coincée sous la baleine ça fait mal ! Je ne connais pas du tout le site dont tu me parles, je vais voir tout de suite !

      Supprimer
  5. Heureuse propriétaire d'un plantureux et naturel 75F (en fait je ne suis pas heureuse... mais j'ai appris à les aimer comme ça) voila un peu plus d'un an que j'ai laissé tombé le soutif est c'est sans regret! Je me sens mille fois mieux, plus compressée et mieux dans ma peau. Et quand je dois en porter un (parce que ça arrive) je me demande pourquoi je me torture avec ce truc...j'ai envie de l'enlever au bout de 5 minutes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus le temps passe et plus je me dis que ça fait bien moins physiquement souffrir d'être adepte du body positive plutôt que de se forcer à faire ou porter telle ou telle chose.

      Supprimer
  6. Depuis 2 ans, je porte occasionnellement des soutiens-gorges, je me suis blessé avec des armatures et j'ai décidé d'arrêter de supporter ça!
    Ayant une petite poitrine, en hiver,sous les gros pulls, je suis tranquille et j'ai découvert l'existence des triangles, le paradis! Je préfère leurs styles aux trucs rembourrés et je suis plus à l'aise. La lingerie c'est joli, mais ça ne doit pas devenir une obligation, une souffrance.
    Par contre je n'ose pas encore sortir en été ,avec un t-shirt , sans rien en -dessous, peur des regards désagréables!

    RépondreSupprimer