Deux femmes badass à écouter.

Je commence la rédaction de ce billet à 15h38 précisément et c'est incroyable, je n'ai pas encore écouté David Bowie de la journée, la méthadone commence à faire son effet. En revanche, j'ai réécouté deux albums que j'aime beaucoup de deux nanas badass, aussi je pense que vous devriez vous acquitter de cette tâche également. Je vous en parle aujourd'hui avec grand plaisir.

Laura Pergolizzi, que l'on connaît désormais tou-te-s via ses initiales LP, est l'exemple type qu'un-e bon-ne artiste peut très bien être diffusé-e sur les radios populaires françaises entre deux morceaux dits mainstream. Oui, je suis parfaitement consciente que ce que je dis est très snob mais c'est assumé (encore que j'aurais pu écrire merdiques au lieu de mainstream, je fais des efforts). On la voit et on l'entend beaucoup, c'est une bonne nouvelle. Je l'ai personnellement découverte en septembre dernier lors de son passage à Quotidien de Yann Barthès et j'ai eu un petit coup de cœur bien comme il faut. Bien qu'elle soit propulsée sur le tard (parce qu'à priori chez les stars à 35 ans on est déjà vieux), elle ne débute pas juste sa carrière. L'album qui nous intéresse ici, Lost On You, est en fait son quatrième. Elle a sorti Heart-Shaped Scar en 2001, Suburban Sprawl & Alcohol en 2004 et Forever For Now en 2014 mais ils n'ont pas eu le succès escompté. On peut aussi trouver deux EP, Into The Wild sorti en 2012 et enregistré en live, ainsi que Death Valley qui a précédé Lost On You de quelques mois. D'ailleurs, on retrouve la chanson Into The Wild à peu près partout : autant sur son EP dédié que sur Forever For Now et Lost On You, ré-arrangée toutefois. Comme ça vous ne pourrez pas dire que vous êtes passés à côté ! LP a également énormément écrit pour d'autres allant des Backstreet Boys à Christina Aguilera, en passant par Rihanna ou encore The Veronicas. Autrement dit, il était grand temps qu'elle sorte de l'ombre.
J'aime beaucoup sa voix et ses choix mélodiques, je suis heureuse d'écouter une femme qui procure autant d'émotions et je l'assimile carrément à un arc-en-ciel. Son album est pur, percutant et sans filtre, un vrai bonheur.



* * *

Parlons maintenant d'Eliot Sumner. Si son nom vous rappelle quelqu'un, c'est parce qu'elle est la fille de Gordon Sumner, qu'on appelle aussi Sting (c'est un chanteur britannique un peu connu, je ne sais pas si ça vous sonne une cloche), ainsi que, par extension, la petite sœur de Joe Sumner, chanteur et bassiste (sans déconner) de Fiction Plane. Si je précise son patrimoine génétique, c'est parce que selon moi (dites-moi que je ne suis pas seule, s'il vous plaît) vocalement parlant, Eliot Sumner est bien la fille de son père. Ça me percute à chaque écoute ! J'y pense, peut-être la connaissez-vous aussi sous le nom de Coco et encore plus sous celui de son projet précédent Information (j'y viens, ne vous inquiétez pas), I Blame Coco. Elle avait alors sorti en 2010 l'album électro-pop The Constant et il est possible que vous ayez un peu entendu Caesar, son duo avec Robyn.
Information est donc son deuxième album et sorti sous son nom de naissance, Eliot Sumner. Elle baigne toujours dans l'électro-pop mais ici c'est quand même plus rock et j'aime vraiment cette évolution. Il y a toujours autant de morceaux qui tabassent, sans trop de langueur, et comme j'ai parfois besoin d'écouter un album énergique, celui-là fait bien l'affaire.
Aussi, Eliot Sumner est ouvertement lesbienne. Pourquoi je le précise ? Tout simplement parce qu'elle a eu la chance de vivre entourée de parents aimants qui n'ont jamais trouvé à redire sur son orientation sexuelle. Peut-être (je dis bien peut-être) est-ce plus facile dans le monde des célébrités, néanmoins je crois qu'il est important que les membres de la communauté LGBT+ soient enfin vus comme des êtres de la suprême normalité par certains étrons. Ah, et LP aussi est lesbienne. Et ce billet groupé est un pur hasard.

1 commentaire:

  1. Je suis complètement sous le charme de LP depuis que je suis tombée sur "Lost on you" à la radio par hasard. J'ai de suite fouillé sur le net et j'ai été très emballée aussitôt.
    En revanche je ne connais pas du tout Eliot Summer, alors merci beaucoup pour la découverte !!

    RépondreSupprimer