L'électro de Vitalic et le bon vieux rock de Taylor Momsen.

Genre, la meuf fait carrément une pause bloguesque d'un mois, t'sais. Comme si j'avais besoin de vacances, franchement... Je vais être honnête avec vous : mon rythme biologique est devenu totalement indépendant de ma personne, je suis décalée comme jaja et j'ai limite l'impression de ne plus être humaine. Une chauve-souris tout au plus.
Hey mais attendez, nous avons changé d'année ! Qu'elle soit bonne avec vous. Je ne vais pas vous assommer avec un article bilan / résolutions parce que je vous avoue que je déteste les lire chez les autres blogueurs. Je ne suis pas désolée, simplement ça m'ennuie profondément. Nous avons tous envie de la même chose : aller mieux et faire ce qu'on peut. Alors allons-y. D'ailleurs allons-y en musique, histoire que ça passe crème. Juste avant, je vous invite à liker ma page Facebook. Je ne suis pas une spammeuse (contrairement à Twitter) mais j'y poste de temps en temps des trucs cools !
Je vais vous parler de deux albums dans le cadre de mon partenariat avec Ephélide. Pour ce faire je sors un peu de ma zone de confort et c'est intéressant, ça baisse un peu plus le taux de snobisme en moi.

Le premier album en question est Voyager de Vitalic, qui sort dans les bacs le 20 janvier. Contrairement au reste de la planète, je découvre totalement cet artiste dont le nom de naissance est Pascal Arbez-Nicolas. J'ai entendu dire qu'il officiait quand même depuis facilement 15 ans et que Voyager est son quatrième album. En fait je n'écoute pas du tout d'électro, je n'y connais rien et ma seule expérience vivante fut le concert de Carpenter Brut au Ferrailleur à Nantes (que j'ai absolument adoré). Vous vous demandez peut-être ce que je fais à vous parler d'un style qui m'est inconnu et d'un mec dont j'ignorais l'existence jusqu'ici alors que je vous avais promis de ne vous parler que de trucs que j'aimais dans le cadre de ce partenariat ? C'est très simple : j'ai accepté de tenter l'expérience. On me l'a proposé à renfort d'extraits et j'ai dit banco, on vend la caravane. Aucun regret par ici ! Sachez que c'est vraiment, vraiment un bon album. Certes, je n'emploie pas les termes adéquats pour ce style musical qui m'échappe d'habitude mais en fait, j'aime la dimension disco de Voyager. C'est voulu puisque Vitalic considère lui-même que cet album est le plus disco qu'il n'ait jamais fait, et j'ai personnellement beaucoup de tendresse pour les années 70. Je me permets de citer une phrase du communiqué que j'ai reçu avec l'album : "Voyager est ainsi un disque qui se souvient de tout l'héritage de la disco cosmique des années 80. Une musique dominée par les synthétiseurs, profondément énergique et organisme, dont les influences sont à chercher chez les pionniers du genre comme Moroder, Cerrone [j'ai un ami très fan de ce dernier et sa passion m'a fait l'aimer beaucoup à mon tour], Patrick Cowley, Lime, Spacer, Carpenter, ou Gino Soccio." De toute façon, la pochette annonce la couleur !

Concerts prévus :
26/01 - Bruxelles (AB)
27/01 - Lille (Aéronef)
10/02 - Toulouse (Bikini)
11/02 - Bordeaux (Le Rocher de Palmer)
23/03 - Paris (Olympia)
07/04 - Morlaix (Panorama Festival)


* * *

Le second album est un style qui me parle déjà un peu plus puisqu'il s'agit globalement de hard rock. Il s'agit de Who You Selling For de The Pretty Reckless, et il est sorti depuis le 21 octobre dernier. J'ai commencé à m'intéresser à ce groupe il y a moins de deux ans quand j'ai vu le clip de Heaven Knows à la télé (sur ma super chaîne allemande de bon rock'n'roll que je ne reçois plus, reviens bébé tu me manques) qu'on retrouve sur l'album Going To Hell (2014) et c'est toujours un petit plaisir auditif pour moi. The Pretty Reckless est un groupe américain en activité depuis 2009 et bien que les musiciens aient tous été remplacés au bout de la première année, il est toujours mené par Taylor Momsen que vous avez peut-être vue en tant que Jenny dans la série Gossip Girl. Et voyez-vous, en 2009 Taylor Momsen n'avait que 15 ans. Mes réticences viennent sans doute de là, j'avais à l'époque beaucoup de mal à voir une si jeune fille s'habiller aussi légèrement, je voyais ça comme de la poudre aux yeux pour masquer une musique certainement pauvre malgré son allure évidente de néo-Cherie Currie. Belle connerie puisque musicalement, c'est loin d'être mauvais. Taylor Momsen est auteure, compositrice, interprète et guitariste, déjà ça pose les bases du respect. Cette fille n'a de toute façon pas le temps pour la connerie et c'est d'autant plus vrai avec ce troisième album qui envoie pas mal de bois. Il n'est question que de mon impression personnelle mais je le trouve très influencé, il suffit d'écouter Take Me Down pour s'en rendre compte, on note l'analogie à Sympathy For The Devil des Rolling Stones. En fait, chaque chanson de cet album est unique, il est blindé de références multiples. On passe du gros rock qui tâche (Oh My God) à des choses davantage teintées de blues, et même de la country (Back To The River, je place ici un coucou à ma binôme radiophonique !). Finalement, tout lui va à cette Taylor Momsen badass, badass au point que trois titres du groupe (Heaven Knows, Fucked Up World et Follow Me Down, tous sur Going To Hell) ont atteint la première place du Top Rock Hits, chose qui n'était pas arrivée à un groupe mené par une femme depuis The Pretenders en 1984. J'aime quand on flatte mon féminisme.

Concert prévu :
26/01 - Paris (Bataclan)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire