Cinéma #14 et Brimstone, un western dans un thriller.

Le soir où je suis allée voir Split dans mon petit cinéma de quartier que j'aime tant, il y avait dans l'autre salle le film Brimstone, de Martin Koolhoven et dont je n'avais jamais entendu parler. Intriguée par l'affiche, le casting et le synopsis, il ne m'en fallait pas davantage pour me convaincre de le voir (vous me direz, j'étais déjà quasiment au max).

Brimstone est une co-production internationale : un réalisateur néerlandais avec une fort jolie petite moustache, des contributeurs de l'ombre de la même nationalité mais aussi français et danois, et des acteurs toujours néerlandais ainsi qu'anglo-saxons et américains. Parmi ces derniers et dans les rôles principaux, on retrouve Dakota Fanning, désormais majeure et vaccinée (j'ai dû croire qu'elle resterait enfant toute sa vie) et Guy Pearce, qui a la faculté de souvent jouer dans de très bons films (et séries). Il y a également Carice Van Houten et Kit Harringon (Melisandre et Jon Snow dans Game of Thrones), tout comme la fort mignonne à croquer Ivy George (Amabella dans l'excellente série Big Little Lies).


L'histoire se passe au XIXème siècle dans l'Ouest des États-Unis. La jeune Liz (Dakota Fanning) vit tranquillement avec son mari et ses enfants, c'est la sage-femme de la ville. Lors de la messe hebdomadaire, un prêcheur (Guy Pearce) débarque et c'est la panique.

Comme je n'ai rien lu au sujet du film avant de le regarder, j'ai d'abord cru à une histoire de sorcellerie parce qu'en français, "brimstone" veut dire "soufre". J'étais dans le faux mais pas tant que ça, je n'ai pas été déçue : il est véritablement question ici de malédiction. Il s'agit d'un très long (2h30) thriller terriblement sinistre et glaçant construit en quatre parties montées dans le désordre, le film ne commence pas tout à fait par la fin et ne se termine pas vraiment par le début. Liz est le personnage central, on la voit à différentes époques de sa vie. Le prêcheur est l'un des pires enfoirés jamais vus au cinéma. Plusieurs sujets sont mis en lumière : la condition des femmes (trigger warning), celle des communautés hollandaises très religieuses immigrées, la notion de destin, de fatalité, c'est une œuvre malsaine, sadique, perverse, extrêmement violente, vraiment choquante. A ces mots, vous devez croire que je n'ai pas aimé le film mais il en est tout autrement car en plus d'être esthétiquement d'une grande beauté, il est magistral.
On m'en a parlé et j'ai effectivement lu quelques lignes à ce sujet, le film est accusé de complaisance envers les violences faites aux femmes. Je l'ai personnellement trouvé plutôt féministe même si les agressions sont multiples et d'une grande barbarie (d'où le trigger warning). La rébellion est dans le cœur de Liz, de celui de ses "collègues", mais aussi malgré tout dans celui d'Anna (Carice Van Houten). Elles ont finalement toutes plus ou moins le même destin, peut-être discutable pour certains, mais intransigeant.

3 commentaires:

  1. Bonjour,
    Tu m'as convaincu. Il faut absolument que j'aille voir ce film.

    RépondreSupprimer
  2. Tu viens de me donner carrément envie. D'autant plus que le casting est d'enfer et la photographie semble chouette :D

    RépondreSupprimer
  3. Et bien les filles, vous m'en voyez ravie :)
    N'hésitez pas à revenir donner votre avis si vous le sentez !

    RépondreSupprimer