Être cadrée ou se laisser porter.

Je souffre d'une pathologie qui mériterait très sérieusement d'être soignée par un-e professionnel-lle de santé mais qui est bien trop ignorée à mon goût : la désorganisation, le manque de rigueur, le cerveau qui vrille en permanence dès qu'il se passe un peu trop de choses dans une journée. Je ne sais pas comment on pourrait appeler ça, je n'ai jamais fait de latin ni de grec, aussi je suis incapable de trouver une racine correcte et de m'en dépatouiller.

Il m'en faut extrêmement peu (pour le commun des mortels, j'imagine) pour me sentir submergée. Je me dis parfois qu'il me faudrait un coach humain qui soit derrière mon dos toute la journée afin de m'obliger à gérer ma vie à peu près sereinement mais comme je manque aussi de patience et que, selon l'homme qui partage ma vie, je ne supporte pas l'autorité, je l'enverrais sûrement péter au bout de 24 heures.

En fait je me trouve plutôt étonnante. Lorsque je travaillais comme assistante d'éducation, bien que mon cerveau se retrouvait parfois embrouillé par mon sens naturel de la désorganisation, j'accomplissais mes tâches plutôt bien, voire dans l'ordre, parfois à l'aide de post-it, parfois non, et ça roulait. Depuis que je suis au chômage, c'est-à-dire depuis 20 mois, c'est la débandade. On ne peut pas vraiment dire que je croule sous des obligations multiples mais comme je n'ai plus aucun cadre, je fais n'importe quoi. Je n'arrive pas à avoir deux journées semblables. C'est-à-dire que je :
- suis incapable de me lever chaque jour à la même heure
- suis incapable de me coucher chaque soir à la même heure
- ne sais pas être constante dans mes humeurs
- suis incapable de suivre un plan, une to-do list ou, pire, un bujo
- suis (presque) incapable de ne pas effectuer mes tâches au dernier moment

Cela a donc des répercussions sur ma façon de répondre aux messages de mes amis (je peux répondre tout de suite comme mettre un temps fou), d'alimenter ce blog, de gérer les choses à faire puisque j'agis très régulièrement sur un coup de tête et jamais quand je l'ai prévu, et par extension ma concentration est la plupart du temps sous le niveau de la mer. Lors d'un surplus d'informations, je bug littéralement et j'ai besoin de quelques secondes de méditation pour remettre mes neurones en place, me donnant ainsi parfois l'impression d'être une parfaite abrutie.

Je n'ai pas de solution et je ne sais pas si je peux m'améliorer. Je pense que je suis née comme ça mais que ça ne s'arrange pas en vieillissant. Parallèlement je suis légèrement maniaque, j'éprouve une réelle satisfaction à voir les choses propres, bien rangées et logiquement organisées. A l'inverse de tout ça, j'apprécie le concept de routine parce que je n'aime pas trop les surprises et qu'on m'impose des choses, des rendez-vous au dernier moment, ça me perturbe et me contrarie vraiment, j'ai besoin de me préparer psychologiquement quand ça ne dépend pas de moi.

Au final, je ne sais pas si je dois vivre dans un cadre permanent avec le risque d'y péter une durite ou si je dois me laisser porter. 

1 commentaire:

  1. Bonjour.
    J'ai découvert ton blog récemment et c'est un plaisir de le parcourir.
    Je me reconnais notamment beaucoup dans ce billet.
    Il se pourrait que tu aies un Trouble de Déficient de l'Attention, tout comme moi.
    Voir un neuropsychiatre peut être conseillé dans ces cas là. Je ne sais pas dans quel pays tu es, mais en France, c'est malheureusement très peu reconnu, surtout chez les adultes.

    RépondreSupprimer