Cinéma #17 et la mise en lumière d'Act Up-Paris par Robin Campillo.

On va parler d'un film qui met une claque monumentale et qui a remporté le Grand Prix du Festival de Cannes cette année.


Parce que la semaine dernière, je suis allée au cinéma voir 120 battements par minute, de Robin Campillo. C'était une avant-première puisqu'il sort officiellement le 23 août. J'y suis allée après avoir lu un très bref résumé, je ne m'attendais pas à sortir de la salle complètement choquée et calmée. Après une brève réflexion, c'est plutôt une bonne nouvelle, ça prouve qu'il est nécessaire de le voir.

120 battements par minute retrace, au début des années 1990, les réunions et les actions des militants d'Act Up-Paris qui luttent contre le sida. Issue de la communauté homosexuelle, cette association a été créée en 1989 par Didier Lestrade, Pascal Loubet et Luc Coulavin (ce dernier est décédé en 1994). L'objectif était d'alerter l'opinion, les médias et les politiques sur l'épidémie, les malades eux-mêmes et les communautés les plus touchées (dont les toxicomanes, prostituées, etc.). Il y a 25 ans, le sida sévissait depuis déjà dix ans et les campagnes de sensibilisation que l'on connaît aujourd'hui et qui sont évidemment indispensables n'existaient pas. Les militants luttaient pour une reconnaissance, parfois avec la violence s'il le fallait.

En parallèle, on suit l'histoire de quelques militants, tous malades, tels que Sean (Nahuel Pérez Biscayart), Nathan (Arnaud Valois) et Sophie (Adèle Haenel). C'est d'une violence sans nom, glaçant, terriblement réaliste. En ce qui me concerne, j'avais 6 ans en 1992 alors j'ai toujours vécu avec le sida démystifié, j'ai su assez tôt qu'il existait, qu'il fallait se faire dépister, comment on l'attrapait et comment on s'en protégeait. Entre l'arrivée de l'épidémie dont on ne savait rien et dont on cachait tout, ainsi que l'affaire du sang contaminé, la génération qui précède les gens de mon âge a été réellement sacrifiée. C'est elle que le film met en lumière, sans jamais aucun pathos. Il nous montre la stricte vérité.

Il y a parfois un peu de musique, notamment Smalltown Boy de Jimmy Somerville, mais le générique de fin arrive de façon abrupte et silencieusement. La lumière ne s'est allumée qu'à la fin du déroulement de celui-ci, pas une seule personne ne s'est levée pour quitter la salle et pas une n'a dit quoi que ce soit. J'imagine que les larmes finissaient de couler. Jamais un tel silence ne m'a autant frappée, ce soir-là chaque spectateur s'est pris un uppercut dans le ventre.

Alors voilà, je te rappelle qu'il sort le 23 août, que tu dois absolument le voir et que tu n'en sortiras pas indemne. Mais je te le redis, c'est nécessaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire