So long Dolores.

Les années qui commencent à peine qu'on annonce la mort d'une personnalité me glace le sang. J'ai l'impression que c'est une habitude qui s'installe pépère, comme pour nous rappeler notre condition de simples mortels, qui que nous soyons. Je ne suis pas là pour écrire un texte rempli de métaphores foireuses empruntées aux plus grands poètes nécrologiques de notre temps, simplement je dois vous avouer que la mort de Dolores O'Riordan, chanteuse des Cranberries, m'a remis un petit coup de massue bien situé derrière le crâne.

Crédit : Joël Saget, 2012

Je les ai vus en concert pour la première fois il y a près de huit ans et j'avais beau avoir déjà 24 ans, j'ai observé le spectacle avec une tendresse nostalgique. Je suis une pure enfant des années 1990, j'ai tout consommé en fonction de mon âge et Dolores et sa clique ont croisé ma route en 1996 quand l'album To The Faithful Departed (leur troisième) est sorti. J'ai eu le CD à Noël ou à mon anniversaire, sincèrement je ne m'en souviens plus, mais le boîtier était jaune et il y avait un gros tournesol sur le disque. J'écoutais Salvation en boucle en sautant dans ma chambre et ma mère approuvait puisqu'elle trouvait Free To Decide très positive.

En toute honnêteté, je n'ai jamais vraiment su de quelles revendications étaient affublées les chansons du groupe, si revendications il y avait, je n'ai jamais cherché plus loin que le bout de mon nez parce que j'étais une pré-ado, puis une ado, et qu'on apprend des choses bien plus tard. Ces choses dont je vous parle, ce sont les idées politiques et sociétales de Dolores O'Riordan, radicalement opposées aux miennes. Elle s'est prononcée contre l'avortement (elle a dit : "Chaque fois qu'une femme avorte, elle broie son amour-propre.") et pour la peine de mort. Contexte : elle est aussi la septième et dernière enfant d'une famille catholique et conservatrice irlandaise, près de Limerick. Un contexte n'est pas une excuse, mais il y a des pays dans lesquels des progrès restent à faire et on ne peut pas les comparer à la France (par exemple). Elle était aussi anti-féministe, en 2005 elle a dit : "Pour moi, c'est quelque chose pour les filles qui se sont fait plaquer trente fois dans leur vie et qui décident que les hommes sont tous des ordures." Et puis elle a fini par être diagnostiquée bipolaire et a même fait une tentative de suicide en 2013.

Ce sont des faits. Je ne les ignore pas. Je les cautionne encore moins et je grince à l'idée de les excuser. Et vous savez, ce qui me déplaît tout autant que les idées nauséabondes, c'est l'imbécillité. Exemple de ce qu'on a pu lire sur Twitter juste après le décès de Dolores O'Riordan :


Oui, merci, on savait. C'est incroyable cette faculté qu'ont les gens de se moquer de la tristesse de certain.e.s. Tellement subversif. Réussir à être au-dessus de tout ça, au-dessus d'une chanteuse aux idées détestables, fier.e de ne pas l'apprécier et ne surtout pas se soucier de la violente descente de mille étages des fans quand ils apprennent que leur star préférée est de droite. Encore mieux, être incapable de connaître son nom alors qu'on cite ses sorties odieuses, c'est avoir un niveau bien bas.

Globalement, j'admire les gens qui arrivent à dissocier l'artiste de ses horreurs, moi je n'y arrive pas tout le temps. Je commence tout juste à essayer de ne pas regarder (ou, du moins, à ne pas payer pour regarder) un film avec un acteur ou d'un réalisateur problématique (Roman Polanski, Woody Allen, Johnny Depp, etc.), je fais ce que je peux. Je doute que quiconque soit droit.e dans ses bottes 100 % du temps. Nous avons tou.te.s été fabriqué.e.s dans une société sexiste, rétrograde, anti-plein-de-trucs. Ce que je reproche au genre de propos sus-cité, c'est que son auteur se veut moralisateur et impose sa vision des choses à tout le monde, "faites comme moi car je détiens la vérité". C'est surtout que penser cela est plus facile pour lui car je suppose qu'il n'a jamais aimé ou écouté les Cranberries. Partant de là, on peut tou.tes.s y arriver sans problème.
Je suis féministe depuis longtemps, je milite à mon échelle, j'ai commis des erreurs de jugement par le passé, j'ai réparé ça, j'apprends chaque jour et je ne finirai jamais de le faire, ce n'est certainement pas un connard comme là-haut qui va m'apprendre comment gérer mon fonctionnement de pensée.

Long live The Cranberries.

Mise à jour 18/01/18 : je vous recommande la lecture de cet article du Monde qui éclaire quelques petites choses et qui étaie même mes propos.

3 commentaires:

  1. Même en mettant de côté les opinions de Dolores, y'a toujours des gens qui donnent des leçons à ceux qui sont touchés par la mort d'une célébrité. "Vous l'avez jamais connu, c'est pas quelqu'un de votre famille", etc. Je comprends pas trop le besoin de rabaisser et de piétiner des gens tristes ou un peu choqués, mais bon, apparemment y'en a qui en ont besoin. Après, si on veut faire de la psycho de bas étage, on peut dire qu'on est tristes parce qu'on se rend compte qu'on devient vieux, qu'ils appartiennent à notre jeunesse, etc. Mais on s'en fout en fait, si la mort d'une célébrité t'intéresse pas ou te touche pas, bah ta gueule et laisse les autres en parler s'ils en ont besoin. Ras le bol de la police des émotions qui vient te dire quand tu te dois te sentir touché et quand tu dois t'en foutre.

    RépondreSupprimer
  2. Dissocier l'oeuvre de la personne est toujours quelque chose de difficile à faire pour certains. Il n'empêche que les Cranberries sont un groupe emblématique des années 90, qui a marqué la jeunesse de nombreuses personnes et c'est normal d'être touché par sa disparition. Moi-même, ça m'a fait un petit quelque chose.

    Pour ce que tu disais sur le contexte familial qui a sans doute influencé le jugement de Dolores O'Riordan, tu as sûrement bien raison. Pour avoir habité en Irlande y'a 10 ans, je me rappelle des pubs anti avortement dans les toilettes de la fac... Il ne faut pas oublier que la religion catholique est très très importante en Irlande et la place des femmes, l'avortement, l'homosexualité dans cette religion ne sont pas des sujets très bien "vus"... bref, rappelons nous de Ode to my family, de Zombie, de Promises. C'est le plus important! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog. au plaisir

    RépondreSupprimer