HollySiz @ festival R. Pop, La Roche-sur-Yon.

Je me souviens, il n'y a pas si longtemps (en 2013 si j'en crois les sources du puissant Internet) débarquait HollySiz en débardeur, derbies et lèvres rouges dans le clip de Come Back To Me et si j'étais acculée par mes à priori que j'estime aujourd'hui ridicules, j'avais malgré tout été fort enchantée par son déhanchement naturel. J'ai un passif avec la danse, je déteste danser, je suis toujours raide comme une brique lors d'un concert, aussi mouvementé soit-il, mais je sais apprécier la joie dans le corps d'une personne qui ne peut s'empêcher de se mouvoir avec frénésie.
Évidemment, à l'époque (et encore aujourd'hui ?) on s'est dépêché de la présenter comme Cécile Cassel, alias la sœur et la fille de, la petite dernière, comme si nous, le public, étions incapables d'apprécier le talent de cette chanteuse à la hauteur de ce qu'elle est à même de nous proposer. Mais quitte à vivre dans une société patriarcale, autant que cela soit profitable (on appelle ça la réappropriation).
Toujours est-il qu'en 2013, à part avoir eu Come Back To Me qui me trottait dans le crâne parfois plusieurs heures durant, je ne suis pas allée plus loin dans mon écoute. Et puis il y a environ deux semaines, HollySiz est venue en concert gratuit à 800 mètres de chez moi dans le cadre du festival R. Pop. Ça aurait été trop bête de passer à côté, d'autant plus qu'on a pu l'interviewer pour Le Réseau Urbain de Graffiti avant le concert (interview que vous pouvez écouter ici, à partir d'1"40). Enfin quand je dis on, moi je suis arrivée en retard et je n'ai pas posé de question car je buvais ses paroles. Le fait est que je me suis encore retrouvée telle une petite fille devant une très belle dame, à la différence près que je sais désormais fermer la bouche afin de ne plus gober les mouches. Oui mais elle est si belle et si intéressante, aussi ! Elle m'a fait la bise, vous vous rendez compte ?!

Photo de David Fugère. Ses autres photos d'HollySiz ici.

Le temps de retrouver mes esprits et d'avaler un morceau avec mes acolytes, il était temps de la voir jouer. Et là, fichtre, elle a débarqué sur scène avec un slim rouge à paillettes. Plus tard, elle a retiré son sweat blanc et se trouvait en-dessous un t-shirt tout aussi rouge et pailleté, c'était fantastique ! Au-delà de ça je cherche à vous décrire l'énergie qui s'est dégagée de son show tout entier mais j'ai du mal : c'était mouvementé as fuck, cette personne ne fait que danser et sauter partout, elle n'est jamais essoufflée. Ça clignote de tous les côtés, ça bat le rythme comme s'il n'y avait pas de lendemain et ça exorcise tout ce que vous voulez, j'ai pris une grosse claque dans ma gueule. En plus elle est très drôle, ce qui ne gâche rien (un exemple ici aux Vieilles Charrues en 2014). Perso, je suis tombée amoureuse, comme ça c'est dit.

A ce jour deux albums sont sortis, My Name Is en 2013 et Rather Than Talking en début d'année, ma préférence va vers ce dernier, co-écrit avec Yodelice (Maxim Nucci et Xavier Caux), que je trouve plus percutant (je ne suis pas à l'abri de changer d'avis et de me réveiller un matin en préférant finalement le premier album, ça m'est déjà arrivé un million de fois).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire