La sélection du mois #6 (Août 2018)

J'ai bien fait de poster ici comme une machine pendant tout le mois de juillet quand j'ai carrément fait grève en août. De toute façon, tout le monde était parti en vacances donc personne ne m'aurait lue, vous étiez davantage occupé•e•s à faire des mots fléchés sur la plage et je vous comprends, à votre place j'aurais fait pareil. Ce qui sous-entend que j'ai fait différemment. Et bien oui, j'ai beau vivre au bord de la mer (enfin à 30 minutes en voiture de la plage, soyons honnêtes), je ne me suis jetée dans les vagues qu'une seule et unique fois au courant de l'été, c'est un bilan assez lamentable. J'aimerais me rattraper pendant que tout le monde est reparti travailler, vu que je redémarre une période de chômage et que j'économise encore un peu pour passer l'hiver aux Bahamas (car voilà la vérité). La sélection du mois sera donc assez sommaire et il y aura surtout des photos de mes p'tites vacances en Normandie, terre de micro-climat (où j'ai reporté des chaussettes pour la première fois depuis deux mois).


   CULTURE

• Souvenez-vous, le mois dernier je vous faisais part des difficultés qu'on avait, ma partner in crime et moi-même, à faire sortir notre interview de Girls In Hawaii d'un iPhone qui a eu le bon goût de tomber en panne le lendemain de ladite entrevue. Comme nous sommes bien entourées (merci encore Hyacinthe) et que vive le karma, vous pouvez désormais écouter ce garçon passionnant qu'est Lionel Vancauwenberghe. Ouf.

Vivian Maier était une nourrice professionnelle et une photographe amateure. Elle a laissé une palanquée de clichés pris sur le vif, dans la rue, véritables preuves de la vie quotidienne de Chicago, son œil était incroyable. Oui mais voilà, elle n'a pas laissé un bon souvenir aux enfants dont elle s'est occupés. A lire cet article de Télérama et à voir ce documentaire sur Arte disponible jusqu'au 2 septembre.

• J'en ai peut-être déjà parlé puisque c'est sorti au mois de mars (je n'ai pas vérifié), mais une piqûre de rappel ne fait pas de mal : cet épisode de BiTS sur la culture gothique (mon dada) est passionnant et nous montre bien comment ce courant inclut tant de choses, le romantisme, la fantasy, la mort, la culture populaire, la métaphysique, la mélancolie, etc.

Autoportrait avec la Mort au violon, Arnold Böcklin, 1872, Alte Nationalgalerie (Berlin)

• Comme ça, juste pour le fun, deux nouvelles acquisitions musicales avec un thème précis : orange et David Bowie. J'ai acheté Low (1977) et Heathen (2002) parce qu'on ne vit qu'une fois.


• Les meilleures illustrations du moment sont signées Steven Rhodes :


• Faisons désormais un peu fumer notre cerveau et apprenons ensemble : qu'est-ce que l'antroposophie, discrète multinationale de l'ésotérisme, comme titre cet excellent article de Jean-Baptiste Malet pour Le Monde Diplomatique ?



Allez, il suffit, visitons maintenant notre beau pays qu'est la France et que je connais très mal en dehors de la Vendée (et de la Sarthe où je suis née, et encore). De la Normandie je ne connaissais que la basse, et elle ne m'a jamais fait rêver. C'est comme la Bretagne, c'est lié à des souvenirs d'enfance désagréables. Je redécouvre la vie avec mes yeux d'adulte et c'est quand même vachement mieux. L'occasion nous a donc été donnée de rejoindre nos supers potes à Honfleur et on en a profité pour voir ce qu'il y avait autour.
J'ai adoré Honfleur, c'est quand même super joli même s'il faut batailler pour avoir un rayon de soleil. En arrivant à Étretat, j'ai été un peu déçue. Et puis quand on joue des cuisses pour aller sur les falaises, le coin prend tout de suite une autre dimension et c'est fantastique. En redescendant, on a pris le soleil sur la plage de galets, c'était très agréable. Enfin, Deauville m'a laissée de marbre alors que j'ai trouvé Trouville magnifique.

HONFLEUR


Ma photo est plutôt misérable et ne rend pas justice à la vue spectaculaire qu'on obtient quand on s'acquitte d'une marche qui m'a fait perdre un poumon et environ trente-sept ligaments.




Photo 1 : Sainte-Catherine - Photo 2 : Notre-Dame de Grâce (en réalité à Équemauville) construite par et pour les marins.

Un excellent restaurant que je ne peux que vous conseiller si vous passez dans les parages, leur camembert (pas que !) est exquis.

ÉTRETAT





TROUVILLE

Les baraques fantastiques sur la plage, c'est quel genre de rêve ?

I mean...

Mon rêve absolu le voilà.

Ceci est un goéland. Pas une mouette. Un goéland. Capiche ?


   LE MOT DE LA FIN

J'ai des copains trop cools.

Mes copains trop cools sur la plage de Deauville.

2 commentaires:

  1. Je te verrais tout à fait dans une maison trouvillienne.
    En plus le nom de la ville est rigolo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'y verrais bien aussi. Le seul bémol : le temps normand. Aussi peu de soleil et autant de pluie, c'est pas gérable.

      Supprimer