La sélection du mois #7 (septembre 2018)

Je suis la première à râler quand les gens râlent à propos des saisons. Qu'il fasse un soleil radieux, qu'il tombe une pluie diluvienne, qu'il neige, qu'il grêle, qu'il vente, qu'il fasse une chaleur suffocante ou un froid de gueux, ou bien une température entre les deux, les gens râlent. Et moi aussi. Je râle quand j'ai les pieds gelés (du 1er octobre au 30 avril), quand il neige (trois jours par an maximum), quand il pleut plusieurs jours d'affilée et que je suis obligée de sortir (souvenez-vous janvier 2018, un enfer), et je râle surtout quand les gens sont pressés d'être en automne alors que nous sommes mi-juillet. Je comprends qu'on aime l'automne, moi aussi je l'aime bien (mais ma saison préférée est le printemps) parce qu'il y a de jolies couleurs, de belles lumières et de la butternut à mettre dans le risotto. Le climat a beau péter une durite par notre faute, on a encore la chance d'avoir quatre saisons alors je pense qu'on peut toutes les apprécier le temps qu'elles durent et ne pas être trop pressé.e.s de les voir arriver puis repartir (enfin sauf l'hiver).


   FOLKLORE & MYSTICISME

• Je ne crois pas en toutes ces choses mystiques que l'humain a bien voulu créé au fil des siècles mais ça ne m'empêche pas d'en apprécier le folklore. J'aime bien les boules de cristal, je trouve ça joli, mais je sais pertinemment qu'on ne peut pas y voir l'avenir. Je ne réfute rien, je veux bien tout admettre à partir du moment où on me le prouve, je ne suis pas aussi nihiliste que j'en ai l'air. Je pars du principe que chacun.e ses méthodes pour tenter d'alléger son quotidien, du moment qu'il n'y a ni prosélytisme, ni des sommes d'argent complètement folles disséminées. C'est pourquoi j'ai bien aimé cet article de Victoria (Mango & Salt) sur son rapport aux pierres. La passion des cailloux sans leur trouver toutes les propriétés les plus abracadabrantes. Moi aussi j'aime bien ça mais je pense sincèrement que ça ne sert strictement à rien, si ce n'est à trouver ça joli.

La sorcellerie revient à la mode et ça me plaît beaucoup parce que j'y vois le féminisme le plus brut. Je suis toutefois très fâchée de retrouver des kits de sorcière dans les grandes enseignes (chez Séphora par exemple) mais le féminisme washing a encore de beaux jours devant lui. Les petites choses sorties ou ressorties en ce mois de septembre :
  • Sur Simonae, un entretien avec Isabelle Cambourakis, l'éditrice qui a lancé en 2017 la collection Sorcières regroupant des écrits féministes sur tout un tas de sujets.
  • Mona Chollet a sorti son nouvel ouvrage, Sorcières, la puissance invaincue des femmes, qui rencontre un succès fou. Je ne l'ai pas encore acheté mais ça ne saurait tarder. A lire également, cet article sur Libération de Catherine Calvet et Anaïs Morvan.
Comment l'astrologie est-elle devenue un outil de résistance féministe ? Passionnant article de Sophie Laroche sur Cheek qui revient sur l'astrologie d'un point de vue sociologique. "La psychologie ou la psychiatrie notamment, sont des domaines qui ont littéralement été créés par des hommes pour comprendre la psyché. L'astrologie est un moyen différent de se comprendre et de s'envisager." Il n'est évidemment pas question de croire que Mercure en rétrograde a une influence sur notre humeur au lieu d'autres choses bien concrètes, toutefois il est important de comprendre comment il est possible de s'appuyer sur des éléments d'apparence mystique pour se connaître soi-même. Une autre forme de psychologie, en somme. Appelez ça du développement personnel si vous voulez.



   BODY POSITIVISME

• Tous les corps sont beaux et devraient l'être dans la tête de chacun.e, on aurait ainsi beaucoup moins de complexes. Si le mouvement body positive a été repris par des fit girls qui nous cassent les pieds parce qu'il a d'abord été créé par et pour des femmes aux corps dits hors norme, il est important d'apprendre à laisser les autres tranquilles tout en se foutant la paix à soi-même. C'est pourquoi je vous invite à lire l'article sincère de ma copine Mélanie qui a posé devant l'objectif de Solhaan.

• Sur un corps il y a aussi les cheveux et qui d'autre qu'une femme peut ressentir une pression liée à sa chevelure, elle-même supposément liée à sa féminité ? La norme (je la déteste vraiment celle-là) veut que les cheveux les plus beaux soient longs, épais et souples, surtout pas gras, surtout pas secs, surtout pas trop courts, pas trop longs non plus, et alors gare à ton matricule si tu oses te raser la tête. Si tu n'as plus de cheveux, tu n'es plus une femme. Les malades apprécieront. A lire, donc, cet article d'Anne-Lise : Foutez-nous la paix avec (nos) mes cheveux !

• J'ai trouvé cette vidéo de Coline très cool. Toutes les femmes sont soumises à la validation d'autrui (des hommes qui se croient systématiquement juges et des femmes conditionnées) alors qu'on s'en tamponne de votre avis (surtout si on ne vous l'a pas demandé), à fortiori quand on s'expose sur Internet. A quel moment cette exposition est-elle une invitation au grand déballage de n'importe quoi ? Pourquoi, sous prétexte qu'on montre son corps de quelque façon que ce soit sur Internet, devrait-on accepter les critiques sur le physique (entre autres) ? Non mais franchement.



   LES ÉMOTIONS

Je suis colère, donc je suis. Excellent article d'Aude Lorriaux sur Slate à propos des femmes et de leurs émotions. "Il restait encore un endroit où l'on se méfiait des émotions comme de la peste : du côté de la sphère féministe. Précisément parce que les femmes ont longtemps été renvoyées à leurs émotions, pour les discréditer. Comparer les femmes à des pleurnicheuses émotives est un grand classique de la misogynie, utilisé par exemple en politique contre des adversaires féminins [...]. La raison est forcément du côté des hommes, les émotions, du côté des femmes."


Je suis une féministe extrémiste, par Madame Sourire. Combien de fois ai-je entendu des femmes dire qu'elles étaient féministes mais pas comme ces extrémistes, là ? Je le disais moi-même il y a dix ans, comme s'il était honteux d'être féministe, d'une part, et d'être assimilée à un groupe de femmes, d'autre part. Mais c'est quoi l'extrémisme féministe ? Refuser de se faire prendre pour une quiche dès que possible ? Reprendre systématiquement ses potes masculins dès qu'ils disent une connerie ? Ne plus payer une place de cinéma pour aller voir un film de Roman Polanski ? Dans ce cas, soyons toutes extrémistes, la complaisance ça saoule.


   MISCELLANÉES

• En Pologne, des archéologues ont découvert les tombes de vampires présumés, soit des squelettes enterrés avec la tête coupée et placée entre les jambes. Il s'agissait ici d'une technique slave pour que les vampires ainsi décapités ne sortent pas de leur tombe. A lire sur National Geographic.

• Une fois n'est pas coutume, Kreestal nous fait découvrir quelque chose de passionnant, à savoir ici l'art de Mina Mond entre surréalisme, mysticisme et naïf noir.

• C'est malheureusement terminé mais jusqu'au 25 septembre, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé proposait un cycle de films muets réalisés par des femmes. Il aura fallu attendre 2018 pour qu'elles soient réhabilitées...

Sur ce super site qu'est Deuxième Page, Buffy Mars nous propose 5 livres féministes pour affronter l'année.

• Si vous avez deux heures devant vous, Iggy Pop nous parle ici de David Bowie et c'est évidemment très cool (en anglais).

Iggy Pop et David Bowie en 1977 sur la tournée The Idiot.


   LE MOT DE LA FIN

Je termine par de la musique parce que ça manquait un peu. Gloire à Mai Lan et son Pumper psychédélique (Autopilote, 2018).

6 commentaires:

  1. J'aime tellement cette série d'article, ça sert aussi beaucoup pour faire découvrir tout un tas d'article et de blogs que je ne connaissais pas. Je risque de reprendre le même schéma si cela ne te dérange pas ><

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que plus on est de fous, plus on rigole. J'ai moi-même piqué l'idée à Kreestal de lalunemauve.fr

      Supprimer
  2. L'article de Victoria (Mango & Salt) m'a fait un effet étrange car ce qu'elle décrit dans son article est un peu une approche spirituelle des pierres. Je pense qu'elle a peut être simplement peur de ce mot qui est surement "connoté" pour elle. Après que l'on croit aux pouvoirs des pierres ou non c'est une autre histoire !
    J'avais lu un livre assez intéressant sur une approche scientifique de la lithothérapie c'était fascinant !

    Pour continuer dans ton article, pour moi l'ésotérisme n'est rien d'autre que du développement personnel. On a des outils à notre disposition que l'on choisit d'utiliser ou non. C'est assez passionnant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant parce que j'ai lu et compris l'article de Victoria de façon totalement terre-à-terre et c'est justement ce que j'ai apprécié. Il y a sans doute plusieurs axes de lecture possibles !

      Supprimer