dimanche 30 décembre 2018

Pour 2019, on va arrêter de jouer les équilibristes.

La tradition de fin d'année veut qu'on en fasse un bilan subjectif, ça fleurit partout et je dois dire que ça m'intéresse assez peu, à moins que je ne vous connaisse personnellement. J'ai pris l'habitude de ne plus regarder mon année dans le rétroviseur parce que je ne peux pas m'empêcher de ne retenir que le négatif, c'est mon petit côté pessimiste. Pour cette année qui vient de s'écouler, je crois que je suis censée trouver positif le fait que je me sois enfin prise en main mais je manque de recul. J'ai une psychothérapie de presque un an dans la vue et elle me fait autant de bien qu'elle me décalque. Je vois entre elle et moi une relation d'amour-haine, je ne sais pas si c'est normal. Je mets un point d'honneur à ne manquer aucun rendez-vous hebdomadaire, c'est ma priorité absolue, et pourtant je suis souvent sortie de là avec une humeur de chien oscillant entre la haine pure et simple de mon psychiatre et mon soulagement profond quant à nos conversations (alors dans ces cas-là, je le trouve super génial (ça ne doit pas être une profession facile)).

J'ai beau avoir la dépression tenace depuis de nombreuses années, des idées aussi négatives (souvent) que morbides (parfois) tout en ayant l'impression d'être la personne la plus blasée de cette planète, je commence peut-être à croire ce qu'on essaie de me dire depuis si longtemps : que je suis fortiche. Je prends sans doute conscience que j'ai la peau dure et que mon caractère de merde m'aide beaucoup, il faut dire que je ne supporte pas qu'on me prenne pour une imbécile et que, si ma colère notoire tend à se résoudre, j'ai une sainte horreur de l'injustice. Je veux bien faire preuve d'un tant soit peu de résilience mais je suis prête à accepter de ne jamais guérir si je peux apprendre à vivre avec la dépression. Nous sommes d'accord pour dire que c'est quelque chose qui vous change à jamais, ça ne sert à rien de se faire des illusions. De toute façon, je suis à priori née avec et si on prend en considération mon bagage génétique, j'ai l'impression d'être  la gardienne d'une tradition familiale (à la con) dont je suis la seule à saisir les tenants et aboutissants.

Et puis j'ai voulu ignorer une partie de ma personnalité qui avait l'air évidente pour d'autres. Tellement évidente que j'ai le sentiment que ces autres ont vécu avec sans s'en émouvoir et que j'ai la sensation de la découvrir à 32 ans. C'est une partie de moi-même qui aurait fait sa première apparition lorsque j'étais enfant et qui s'est transformée en spectre discret, jusqu'à ce qu'elle pointe le bout de son nez à des instants donnés. Ma passion pour la compréhension des choses m'a poussée à lire tout un tas de trucs pour mieux comprendre le monde et celles et ceux avec qui j'interagis. J'ai aussi eu droit à des réflexions, les premières sont entrées par une oreille en sortant par l'autre, certaines fois j'ai souri, et puis quand celles-ci ont fini par se mêler à mes lectures, ma lutte pour me connaître et ma prise de conscience, j'ai commencé à me poser des sérieuses questions. Ça n'a pas changé ma vie mais ça la dénoue. Elle aurait sans doute pu être différente mais ça ne m'énerve pas. C'est comme ça. Je dois juste m'en accommoder et faire attention à ma manière d'échanger avec les autres : je me suis beaucoup justifiée quand on m'a si souvent reproché de prendre les autres pour des abruti.e.s alors que je dois être honnête, je l'ai fait. Ce n'est pas une fierté et c'est bien sûr un sentiment biaisé. Évidemment, je l'ai fait sans le vouloir parce que j'ai un égo sous le niveau de la mer, je ne suis supérieure à personne. Je ressentais le besoin qu'on fonctionne comme moi, peut-être par paresse intellectuelle et manque de patience, peut-être est-ce un mécanisme de défense, allez savoir.

Alors pour 2019, je ne sais pas, apprendre à m'écouter et à me faire confiance serait sans doute un début.


jeudi 13 décembre 2018

C'est la Sainte-Lucie, bitches.

Le 13 décembre, c'est le jour de la Sainte-Lucie. Si je me fiche royalement de l'origine chrétienne de nos saint.e.s ancêtres (en l'occurrence ici, sainte Lucie de Syracuse était, à priori, une martyre qui aurait péri sur un bûcher avec une épée dans la gorge après avoir été violée et s'être arraché les yeux, vraiment, quelle histoire délicieuse), j'aime l'idée que cette fête marque le début des festivités de Noël dans le nord de l'Europe (mais aussi en Italie et en Croatie), surtout en Suède, et c'est la lumière qui est célébrée. Le prénom Lucie vient du latin lux, qui veut dire lumière. C'est joli, vous ne trouvez pas ? C'est mon prénom.

Superbe et profonde photo d'illustration provenant d'une banque d'images. Son autrice s'appelle Kristine Weilert.
J'étais pressentie pour m'appeler Mathilde. Un veto a toutefois été prononcé dans la famille à cause de la chanson de Jacques Brel, il était insensé que je porte le prénom d'une chanson interprétée par un type pas spécialement apprécié. Si j'étais mystique, je dirais que ce jour-là, j'ai été maudite. Parce que je m'appelle Lucie et que je n'ai connu que dix ans de tranquillité musicale.
En CE1, l'institutrice a parlé de Lucy d'Éthiopie à toute la classe. Les regards se sont immédiatement tournés vers moi, les rires ont fusé, et ça a été le début de ma descente dans les enfers du harcèlement scolaire. C'est tout de même un comble que cette chère australopithèque ait été prénommée ainsi à cause d'une chanson. Lucy In The Sky With Diamonds des Beatles (Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, 1967) passait sur la BBC le jour où les archéologues époussetaient les os. Pour rappel, Lucy, ou Dinqnesh en éthiopien, n'était pas homo sapiens puisqu'elle était australopithèque (australopithecus afarensis), en gros c'était un singe entièrement velu qui marchait debout toutefois. Objectivement, c'est plutôt cool. Mais enfin moi, j'ai du mal à être objective. Lucy-Dinqnesh étant clairement un singe, mes camarades de classe ont donc commencé à m'appeler Lucie le singe, puis le singe tout court.

Comme les planètes étaient visiblement alignées dans les années 1990, Pascal Obispo a sorti sa chanson fameuse en 1996, puis ces trous de balle d'Alliage ont remis le couvert avec Lucy Don't Cry en 1997. Ces années-là, j'étais encore à l'école primaire, Alliage avait donc plus de succès dans la cour de récré que Pascal Obispo. Mes congénères ont passé beaucoup trop de leur temps libre à réécrire les paroles de la chanson du boys band et on chantait Lucie le singe en lieu et place de Lucy Don't Cry. Ah ça, je ne pleurais pas, aucun risque que je leur montre mes émotions à ces sales bâtards. Ces conneries ont duré beaucoup trop longtemps à mon goût mais, selon mon psy, c'est parce que j'étais une enfant déprimée que j'attirais les moqueries. Je vous expliquais dans ce billet que les enfants sont des animaux sauvages, une fois qu'ils sentent l'odeur du sang, c'est cuit.

Ce qui devait arrivé arriva, j'ai profondément détesté mon prénom. Au collège, j'ai brièvement demandé à mes copines de m'appeler Joy (parce que pourquoi pas) et puis à force (ça a pris du temps) d'avoir entendu çà et là que mon prénom était super joli et constatant finalement que seul.e.s les petit.e.s con.ne.s de l'école communale avaient décrété ma déshumanisation, j'ai appris à aimer mon prénom. Que dis-je, à l'adorer. C'est l'unique morceau d'égo que je possède, au point de m'être fait tatouer un symbole de la lumière sur la poitrine (ouais, carrément). Toutefois, comme je ne suis pas à une contradiction près, je me sens évidemment super terne et je m'habille essentiellement en noir. Vous savez, si le noir est noir, c'est parce qu'il absorbe toutes les couleurs de la lumière qu'il reçoit. Le blanc, lui, la diffuse. Vous pensez bien qu'on mon fort intérieur, je me dis que je ne mérite pas mon prénom même s'il est mon identité propre.

Alors bonne fête de la lumière à toutes les Lucie et à toutes celles parmi vous qui irradient (les autres également). Peut-être qu'un jour, moi aussi je serai radieuse.



P.S. : cessez de chanter dès qu'une Lucie se présente à vous, ce n'est pas subversif, ce n'est pas agréable, ça nous donne envie de vous arracher les cordes vocales à mains nues.