jeudi 18 avril 2019

La vie et ses duos : Simone et Raoul, Chloé et Lucie, et cetera.

Depuis que j'ai poussé les portes de la radio associative où je suis bénévole, j'ai déjà entendu une réflexion sur la synergie qui s'opère entre Chloé et moi. Cette réflexion est heureusement rare et sans mauvaise intention mais elle a eu le mérite de m'interpeller. Je ne lui donne aucunement raison mais me sentant parfois influençable, je me suis demandé pourquoi des gens pouvaient avoir une telle image de notre duo et, surtout, pourquoi ils restaient convaincus de leur idée malgré l'éclairage que je leur fournissais. J'ai donc évoqué la question avec mon rendez-vous hebdomadaire, il a confirmé qu'il n'y avait aucun problème et m'a même aidée à cerner des preuves. Avec le recul, je ne pense pas en avoir eu réellement besoin mais ça m'a permis d'apporter de l'eau à mon moulin.
Chloé et moi animons toutes les deux une émission de radio qui demande plus de travail qu'une simple présentation, il faut du contenu : actualités, sujets divers et variés, musique et interviews, c'est une veille quotidienne. Pendant la diffusion de l'émission, il faut savoir utiliser la console parce que nous sommes notre propre régie. Il y a aussi l'alimentation des réseaux sociaux parce qu'on doit vivre avec notre temps si on veut un minimum de visibilité. Et puis les interviews ne se font pas toutes seules, il faut démarcher les autorités compétentes et une fois qu'elles ont approuvé, préparer des questions pas trop connes et faire un montage audio. Dans ces exercices, Chloé et moi sommes parfaitement complémentaires et, de mon point de vue, les choses se font naturellement. Nous n'avons pas la même personnalité : Chloé est avenante, extravertie, elle a un culot qui est parfois nécessaire dans ce milieu et si elle n'a pas préparé une interview en amont, elle est capable de trouver un sujet de discussion au débotté, rebondir parfaitement sur la réponse à une question et reformuler immédiatement si besoin. Quant à moi, je suis plus en retrait car, sans être spécialement timide, je suis l'introvertie de la bande. J'ai besoin de passer un certain temps sur la préparation d'un sujet, une interview par exemple, parce que ça me rassure et je suis incapable d'improviser. Je ne dis pas que l'inverse est vrai pour Chloé mais en ce qui me concerne, je déteste me faire remarquer, c'est aussi pour ça que je trouve mon compte à la radio : être entendue sans être vue. Peut-être que Chloé a besoin de plus, c'est pour ça qu'elle excelle dans la présentation d'événements parallèles ou bien dans le théâtre. Elle sait y faire avec les relations publiques, moi ce n'est pas mon truc. Il n'y a jamais eu aucun malaise entre nous, jamais aucun problème, et la communication est optimale. Je souhaite notre symbiose à tous les groupes de travail.
Or, j'ai cru comprendre qu'il y a des personnes que ça défrise. On pense que je n'ai pas ma place, que je suis bouffée. Et bien non. Je vous le dis haut et fort : l'harmonie est totale. J'aimerais bien qu'on me croie, je n'ai pas besoin d'être sauvée. Bosser avec Chloé est une joie immense et je lui dois beaucoup.


Plus tôt je parlais de preuves et le fait d'avoir interviewé Simone Ringer (chanteuse du groupe Minuit) toute seule la semaine dernière en est une. Chloé a déjà réalisé plusieurs interviews sans moi mais pour moi, c'était la première fois. Je l'ai fait parce que cette rencontre-là me tenait à cœur mais en réalité ma voix intérieure me hurlait de ne surtout pas y aller. L'anxiété est une abjection. J'ai donc travaillé pendant des heures : écouter et réécouter l'album (Vertigo, 2018) et l'EP (éponyme, 2015) de Minuit, lire plusieurs interviews, rédiger et réécrire mes questions pas trop connes pour être pertinente et ne pas passer pour une imbécile. J'ai embarqué mon support moral sous le bras et parfois, une simple présence suffit à calmer les nerfs. L'interview s'est très bien passée (évidemment !) et la discussion avec Simone Ringer était très intéressante. J'ai eu face à moi une jeune femme drôle et pleine d'assurance, extrêmement sympathique. Un sourire qui transmet sa joie de vivre, elle m'a dit qu'elle était bien dans sa peau et ça m'a fait un bien fou. Elle ne portait pas encore sa tenue de scène (comprendre ici qu'elle était en semi-pyj' pour la citer) mais elle rayonnait quand même. C'est incroyable comme elle ressemble à sa mère, la fabuleuse Catherine Ringer, sa voix, son visage, sa gestuelle. Il en va de même pour Raoul Chichin, son petit frère et guitariste du groupe, qui, lui, m'a fait énormément penser à son père, Fred Chichin. C'est normal, les chiens ne font pas des chats. Toutefois, dans ce cas présent, c'est pour moi une explosion de joie. J'ai toujours adoré les Rita Mitsouko, c'est un groupe unique qui a inventé tellement de choses et, selon moi, Catherine Ringer est l'une des plus belles voix féminines qui existent. Pour tout vous dire, j'ai trouvé les enfants aussi charismatiques que leurs parents, il y a donc quelque chose dans le sang.

Et pourtant, musicalement, les disques de Minuit ne m'ont pas fait forte impression. Si j'apprécie beaucoup le revival des années 80 à la sauce funk-disco-rock, j'attendais bien plus du live. Je n'ai donc pas été déçue parce que j'ai reçu une énorme patate en pleine tête. Entre leurs morceaux, ils ont intégré des reprises de Donna Summer, des Bee Gees et de Gloria Estefan (j'ai d'ailleurs largement préféré leur version de Dr Beat à l'originale), ainsi qu'un riff de Pink Floyd. J'ai roulé du cul et des épaules, chose suffisamment rare pour être signalée. Il y a également un petit plus que j'adore voir en concert, c'est une introduction. La salle toute noire, le gros néon Minuit qui s'allume et la musique et le chant qui arrivent progressivement, ça a tendance à faire monter ma tension (dans le sens positif du terme). Enfin, si Minuit comporte quatre membres (Joseph Delmas et Klem Aubert pour les deux autres) et s'il y a finalement six personnes sur scène, le duo Simone et Raoul est particulièrement fascinant. J'ai adoré comment le frère regarde sa sœur, une certaine admiration s'est échappée.

Une chose est sûre, je garderai un excellent souvenir de cette journée. J'ai réussi à m'en sortir à peu près dans un exercice qui me terrifie, face à une femme que j'aime beaucoup. Je ne sais pas si je suis prête à recommencer une interview seule de sitôt parce qu'il faut être honnête, c'est épuisant.

Ce billet est finalement un énorme teasing mais sachez que vous pourrez écouter l'interview de Simone Ringer dans Les Fines Gueules jeudi 25 avril à 18h (elle sera disponible en podcast dès le lendemain). Vous m'en direz des nouvelles...



vendredi 12 avril 2019

Trois jours à Londres avec un but bien précis.

La plus grande frustration de ma jeunesse a été de ne pas pouvoir me déplacer aux concerts qui me faisaient rêver. J'ai toujours adoré la musique et je suis d'une génération où on s'y intéressait en achetant des disques, c'est désormais une pratique tombée quasiment en désuétude. "Quasiment" parce qu'il reste encore des irréductibles, comme moi, qui aiment posséder l'objet, même si j'achète désormais exclusivement des vinyles (sans pour autant me débarrasser de mes CD qui restent bien rangés sur leurs étagères dans mon salon). J'ai tendance à penser que les jeunes d'aujourd'hui (mettons les 12-19 ans) vont voir des concerts bien plus souvent que lorsque j'étais moi-même dans cette tranche d'âge (entre 1998 et 2005) mais je ne tiens pas à avancer quoi que ce soit, je n'ai rien lu qui pourrait confirmer ou infirmer mon ressenti. Dans mon cas personnel, j'ai passé mon adolescence en pleine campagne sans un rond et mes parents ne se sentaient pas franchement concerné.e.s par ce type d'activité, ça n'a donc pas facilité l'opération.


En témoigne A Reality Tour de David Bowie au début des années 2000, il s'est arrêté à Bercy en octobre 2003. Je l'écoutais beaucoup et depuis peu de temps, le voir en concert à ce moment-là était aussi impossible que douloureux de l'envisager. J'avais pourtant 17 ans, j'étais une grande fille, mais mes moyens étaient limités. David Bowie n'a jamais refait de tournée, aujourd'hui il est mort (enfin ça, c'est ce qu'on dit) et moi je l'ai dans l'os. Je détiens toutefois ma petite vengeance personnelle sur la vie puisque j'ai consacré un certain pourcentage de ma vie de jeune adulte à rattraper mon retard : petites et grandes salles, parisiennes ou non, quelques stades, des festivals, des groupes énormes et des plus confidentiels, et j'ai réussi à voir des artistes qui sont morts quelques années après (prends-ça Bowie). Maintenant que j'ai 30 ans (+ 2,5), je me suis calmée. Je ne vais plus à Paris et je déteste profondément les stades, ça me fatigue. Je préfère désormais les salles à taille humaine (et qué s'appelerio vieillir).

Non seulement je n'ai plus aucun frein pour aller voir un concert (enfin si : la thune, ça ne change pas) mais en plus je me paie le luxe d'aller voir des artistes plusieurs fois. Un exemple au hasard, KT Tunstall. Je l'ai vue trois fois à Paris il y a quelques années, la dernière remontait à 2011. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j'ai découvert au pied du dernier sapin de Noël une place pour remettre ça... Oui mais pas n'importe où. A la Roundhouse de Londres. C'était le 25 mars.


L'Angleterre est le pays étranger où je suis le plus allée et jamais par hasard. D'abord en voyage scolaire, puis pour rendre visite à ma belle-mère qui y résidait alors, ensuite ce sont les copains qui s'y sont installés et enfin, trois jours à Londres dans le but bien précis d'aller voir KT Tunstall à la Roundhouse. J'y suis allée tous les quatre ans en moyenne et c'est toujours une grande joie, j'adore ce pays, j'adore Londres.
La Roundhouse se situe à Chalk Farm, juste à côté de Camden Town. C'est littéralement une rotonde construite au milieu du XIXe siècle qui a servi de dépôt de locomotives avant d'être rapidement abandonnée. Classé monument historique en 1954, le lieu a retrouvé une jeunesse dix ans plus tard quand il a été transformé en salle de spectacle. Elle compte 3.300 places debout et 1.700 assises, elle remplit donc mon cahier des charges et elle est absolument superbe.

C'était si chouette, on s'y est rendu à pied parce qu'on logeait à Camden, on est arrivé.e à une heure décente (ni trop tôt, ni trop tard) et on s'est retrouvé.e tout devant, n'est-ce pas fabuleux ? J'étais pile au milieu, face au micro de KT Tunstall pour n'admirer qu'elle. Non, c'est faux, elle était accompagnée de quatre musiciennes, un groupe entièrement composé de femmes, je ne savais plus où poser mes yeux, c'était incroyable. Rien que pour ça, s'il y a bien une tournée de KT Tunstall à ne pas manquer, c'est celle-ci.

Hattie Moran, Clare Uchima, KT Tunstall, Cat Myers et Mandy Clarke

Il y a toutefois eu deux premières parties. J'adore la musique mais je vous avoue que si je me déplace en ayant enclenché le mode grosse fan, je suis pressée d'en découdre. Nous avons d'abord subi, enfin écouté, le chanteur Gorran. Une certaine idée de l'enfer. C'est un jeune garçon sûrement très gentil et talentueux mais l'entendre geindre une demi-heure sur des amours perdues a failli me faire perdre patience. Peut-être n'étais-je pas dans mon état normal mais tout de même, j'ai un seuil de tolérance assez faible. Ensuite est arrivée Laurel. J'ai d'abord eu du mal à me réjouir parce que je l'avais déjà vue lors du festival R. Pop (qui se déroule chez moi chaque été) il y a deux ans, elle était seule sur scène avec sa guitare et je m'étais fortement ennuyée. Maintenant que je l'ai vue jouer avec son groupe et un set électrique qui m'a semblé bien plus déterminé, je suis convaincue (c'est ça aussi le London calling).


Et puis KT Tunstall est arrivée pour tout défoncer, "Are you ready to kick Monday up the arse ?" nous a-t-elle demandé (oui parce qu'on était lundi et que c'est un jour qui mérite de se faire botter le cul). Il y avait tellement de paillettes et de lamé sur scène, j'étais extatique. A côté de ce que j'avais devant les yeux, les Spice Girls de mes 12 ans peuvent aller se rhabiller, on était au-dessus. L'album Wax est bien plus rock que ce que KT Tunstall fait d'habitude et si elle a toujours eu une bien belle collection de guitares et d'effets, il fallait s'attendre ici à se prendre un mur de son en plein visage. C'est ce que je voulais vraiment et je n'ai pas été déçue, même pas par sa Supro rouge. Elle a joué toutes mes chansons préférées, y compris quelques anciennes, et nos esprits ont communié ensemble sur The Night That Bowie Died. Quelques minutes avant, ou bien était-ce après, elle faisait servir des shots de whisky aux premiers rangs ainsi qu'au reste du groupe parce que c'était l'anniversaire de sa bassiste, Mandy Clarke. Alors c'est donc ça le Paradis ? Aller à un concert dans un pays étranger, particulièrement à Londres, est une expérience que je ne suis pas prête d'oublier (car c'était ma première fois) tant le contexte était ici parfaitement parfait. Je vous souhaite la même limonade.